Présentation

MASTER MIGRATIONS INTERNATIONALES

Les parcours du master sont susceptibles d’évoluer à la rentrée 2018, et sont présentés ici sous réserve de modifications et d’accréditation du Ministère de l’Éducation Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. Nouveau – voir les pages MASTER sur le site de l’Université de Poitiers

L’Université de Poitiers accueille le Master Migrations Internationales et vous propose deux parcours de formation :

  • Dynamiques des Systèmes Migratoires : Parcours et Espaces de la Migration Internationale (DySyM)
  • Acteurs et Institutions des Migrations, de l’Accueil et de la Solidarité Internationale (AIMASI)

Le dossier de candidature à notre formation est désormais dématérialisé sur l’application « Trouver mon master.gouv ».

Recrutement fondé sur examen de dossier sans entretien /40 places. Votre dossier comprendra :

  • un formulaire de candidature
  • une lettre de motivation exposant le projet professionnel
  • un curriculum vitae
  • des relevés de notes des trois années de licence (y compris les résultats définitifs ou partiels de l’année en cours)
  • projet de mémoire d’études et de recherche (5000 signes max)

Vous pouvez contacter le responsables de la formation pour tout conseil sur l’ensemble de la procédure. Le site de Migrinter vous fournira toute une série de ressources sur l’organisation de la connaissance sur les migrations internationales qui vous aideront à formuler au mieux votre projet.

Calendrier de recrutement

  • Date d’ouverture : Lundi 23 avril 2018
  • Date de fermeture du dépôt de candidatures : Lundi 14 mai 2018
  • Date de réponse aux candidats (date de publication des résultats : au plus tard le vendredi 22 juin 2018

Liste complémentaire

  • 21 juillet : ouverture des inscriptions sur la liste complémentaire et fin de la période normale des inscriptions administratives.
  • La période normale des inscriptions administratives est la période durant laquelle tout étudiant qui a reçu un avis favorable peut faire valoir son droit à inscription.
  • Au-delà de cette période, ce droit est révolu. Les étudiants non-inscrits sont considérés démissionnaires, hors dérogations spécifiques, notamment sur critères sociaux.
  • Bien évidemment, les inscriptions administratives demeurent possibles jusqu’après le début de l’année universitaire, mais elles ne sont plus de droit.

Cette formation est adossée au laboratoire de recherche MIGRINTER dont l’équipe développe un projet scientifique original sur le thème des Migrations Internationales.

La mention de master « migrations internationales », qui existe depuis 2004 propose une formation spécialisée et pluridisciplinaire sur les migrations qui s’articule principalement autour de cinq disciplines : géographie, démographie, histoire, sociologie, et droit. Cette version renouvelée de notre formation tire parti de la nécessaire articulation entre la professionnalisation et la formation à la recherche pour restructurer nos deux anciennes spécialités dans deux parcours de 20 places chacun, désormais indifférenciés professionnel/recherche. L’inscription dans le champ de la géographie lui apporte une plus-value sur l’identification des enjeux territoriaux liés à la présence de migrants et circulants, ainsi que sur la place des circulations et mobilités dans la mondialisation.

La formation, ouverte à l’ensemble des disciplines en Sciences sociales, offre un environnement de travail idéal pour les étudiants :

  • Un encadrement de qualité assuré par une équipe de recherche disponible et très investie dans la formation
  • La transmission des dernières avancées théoriques et méthodologiques dans l’étude des migrations internationales et des mobilités
  • Un important réseau de collaboration et de partenaires progressivement constitué en France et à travers le monde (plusieurs programmes sont actuellement développés en Europe du Sud, au Moyen Orient, en Amérique latine et en Afrique de l’Ouest)
  • Un environnement local avantageux et adapté à la vie estudiantine

Les étudiants pourront tirer profit de la dynamique du laboratoire (séminaires d’équipe, échanges avec les doctorants, conférences…) et de son centre de documentation (BibliothèquePhotothèqueArchives ouvertes).

Cette formation s’appuie sur les savoir-faire développés au sein du laboratoire Migrinter dans la connaissance de groupes spécifiques de migrants : leur fonctionnement diasporique économique et familial, leurs trajectoires et parcours de mobilités, leurs ancrages spatiaux et leur statut juridique. La connaissance des populations migrantes, de leurs expériences recueillies sur le terrain dans leurs lieux de mobilité peut être mobilisée à des fins de recherche comme dans les domaines des politiques d’accueil et de la solidarité internationale.

Ce master s’adresse principalement à des étudiants en formation initiale issus de licences de sciences humaines et sociales, mais aussi à des professionnels souhaitant suivre des modules de formation continue (avocats, agents de la fonction publique et territoriale, médiateurs de la politique de la ville, bénévoles et salariés du secteur associatif, etc.). Avec une poursuite d’études en doctorat, les deux parcours du master ouvrent aussi sur les métiers de l’enseignement et de la recherche : Chargé de recherche (EPST) et Enseignant-chercheur (Universités).

Objectifs et Débouchés Parcours DySym : Dynamiques des Systèmes Migratoires : Parcours et Espaces de la Migration Internationale

Les étudiants seront spécialisés dans les questions internationales et les audits sur les systèmes migratoires, dans la production de savoirs sur les expériences et parcours, sur les déplacements forcés de populations, leurs mobilités, les questions de développement et d’environnement en prise avec les circulations migratoires ; ce parcours s’inscrit dans de nouvelles demandes du marché de l’emploi liées à un besoin d’expertise. Les étudiants mobiliseront des compétences de collecte d’informations sur des terrains sensibles ; de conception et gestion d’enquêtes ; de veille documentaire et juridique ; d’écriture de synthèses ; de gestion de l’information et d’archives. Les métiers pressentis sont :

  • Chargé d’études (ONG, Organisations internationales, les bureaux d’études, cabinets de consultants spécialisés, producteurs institutionnels de statistiques
  • Coordinateur d’équipe/service dans les collectivités locales
  • Conseiller scientifique / rédacteur/ assistant attaché institutions publiques, élus, presse

Objectifs et Débouchés parcours AIMASI : Acteurs et Institutions des Migrations, de l’Accueil et de la Solidarité Internationale

Les étudiants seront compétents dans la production de savoirs et dans l’organisation et le pilotage de projets sur l’accueil, la protection, la lutte contre les inégalités et les discriminations articulées à une bonne connaissance des dynamiques migratoires dans le monde. Les métiers pressentis sont :

  • Chargé de projet/ chargé de mission dans des associations à caractère social ou interculturel, des associations de solidarité internationale, françaises, européennes et étrangères, ou Issues des Migrations (OSIM), des ONG humanitaires, des institutions internationales
  • Coordinateur/ responsable de projets internationaux : collectivités territoriales menant des opérations de développement ou des jumelages dans les pays d’origine des populations étrangères ou dans le domaine de la protection et l’accueil des populations migrantes et/ou déplacées
  • Coordinateur/ responsable de projet : secteur associatif ; administrations nationales (Centres d’accueil pour personnes en quête de protection, centres de transit, etc.)

Organisation de la formation

Cette mention s’organise en tronc commun autour d’un socle de compétences et de connaissances. A partir du S2, 25% des enseignements seront consacrés à la sensibilisation obligatoire aux deux parcours. Les étudiants choisissent leur parcours à partir de la deuxième année : la progression s’organise au S3 au sein de 2 UE de socle commun mutualisées, et de 2 UE constituant les deux parcours de spécialisation.

L’importance du socle commun s‘explique par la nécessité de maîtriser la diversité et la complexité des systèmes migratoires et par la polyvalence des parcours professionnels dans ce domaine. Les enseignements méthodologiques (cartographie, statistiques et méthodes d’enquêtes) seront mutualisés avec la mention « Géographie, aménagement, environnement et développement » offerte par le département de géographie. Les langues vivantes prennent de l’importance avec 15 h/semestre. Deux stages sont désormais obligatoires : 4 semaines en M1 (15 ECTS) ; 12 semaines minimum en M2 (30 ECTS). En M1 il est intégré à un projet individuel sur toute l’année évalué en contrôle continu ; en M2, il mène à la préparation d’un mémoire de recherche obligatoire pour tous les étudiants. Les stages peuvent se dérouler en France ou à l’étranger, ou dans l’organisme qui emploie les étudiants en FTLV. Les partenaires sont entre autres les EPST, des collectivités territoriales, des ONG, des associations de solidarité ou de coopération, des institutions internationales.

Le champ de compétences du master est vaste et diversifié. Il est aussi évolutif et fortement compétitif, ce qui implique des circulations dans la trajectoire de formation et d’emploi : une forte mobilité dans l’emploi, des reprises d’étude pour compléter la formation tout au long de la vie, etc. C’est pourquoi chaque année de formation est encadrée par deux responsables (enseignants-chercheurs ou chercheurs) qui suivent les projets individuels et aident l’étudiant dans ses choix. Une passerelle entre les deux parcours est possible à la fin du S3.

Chaque parcours comprend 750 h en présentiel sur 3 semestres. En complément des enseignements classiques la formation bénéficie d’une longue expérience de formation par d’autres pratiques pédagogiques et propose des modalités d’enseignement diversifiées. Des cours théoriques et des séminaires de recherche, sont appuyés par des travaux collectifs de mise en œuvre de projets et d’études sur les migrations. Des ateliers permettent des discussions sur les sujets individuels et sur la production scientifique sur le sujet, ou encore la mise à niveau notamment pour la méthodologie, afin d’adapter la progression aux différents profils des étudiants. Ces ateliers de mise en situation/diagnostic sont évalués et accompagnés sous forme de  « projets tutorés » par un ou deux enseignants et/ou professionnels.

La gestion du diplôme est assurée conjointement par des chercheurs et enseignants chercheurs Le master étant adossé à l’UMR 7301 Migrinter (Université de Poitiers, CNRS), les liens avec la recherche sont constants. L’offre d’enseignements trouve une large partie de ses ressources dans les compétences pédagogiques et scientifiques de l’UMR Migrinter, ainsi que dans son réseau scientifique à l’échelle nationale et internationale (réseau Marie Curie INTEGRIM notamment).

Les professionnels liés au champ de formation qui interviennent dans les enseignements sont ceux avec qui collaborent les membres de migrinter sur leurs terrains, et sont bien souvent d’anciens étudiants de la formation : il s’agit de chercheurs, de chargés d’études dans les collectivités et de membres des associations, de chargés de mission dans des ONG, de fonctionnaires internationaux. Le contenu pédagogique laisse une grande place aux recherches en cours du laboratoire et les étudiants du master découvrent les projets structurant ses trois axes de recherche. Les étudiants bénéficient d’un fonds documentaire unique développé depuis trente ans, pour la connaissance des migrations internationales et de la tenue d’évènements scientifiques internationaux réguliers (colloques, journées, écoles d’été…). L’ensemble du personnel de Migrinter et le service d’édition scientifique des trois revues accueillies à Poitiers (REMI/E migrinter/JMM) est sollicité pour participer à la formation des étudiants (montage de projet, sensibilisation à l’Information scientifique et Technique, etc.).

Enfin le master s’appuie sur des partenariats en développement avec l’Institut Convergence « migrations », avec l’université de la Corogne qui attribue le double diplôme du master franco espagnol sur les migrations internationales (AFEMMI)[1], avec l’université de Douala (collaboration avec le master MISODEV) et l’Institut de Formation et de Recherche Démographiques (IFORD) au Cameroun, l’Université Omar Bongo (UOB) à Libreville.

[1] https://migrinter.hypotheses.org/1493

* * * * *

Le mot de l’équipe pédagogique

Que l’on s’intéresse aux actualités sociales et politiques, à la circulation des idées et savoir-faire, chacun d’entre nous reconnaît le rôle moteur joué dans ces dynamiques par les migrants, les réseaux et les diasporas. Les récits des expériences migratoires mettent en relief les liens profonds existants entre le migrant (hommes, femmes, mineurs, réfugiés, travailleurs qualifiés…) et son pays d’origine, les échanges et les circulations qui s’élaborent dans des espaces transnationaux. Ils soulèvent également la question politique de la régulation des flux migratoires et des droits des migrants à travers le rôle des États, des entités supranationales ainsi que des associations de migrants et de la société civile.

 Aujourd’hui, la spécificité de notre Master est de concentrer en un lieu unique : une formation, une base documentaire, un centre de production et de diffusion de l’information scientifique, et une équipe de chercheurs et d’enseignants dédiés à l’étude d’un objet commun : les migrations internationales. Cet environnement de travail constitue un atout majeur dans la conduite de projets visant à approfondir les thématiques contemporaines liées aux déplacements de population et à l’avenir des Sociétés. Les compétences développées dans le cadre de notre formation ont permis et permettront encore de former des experts et des chercheurs de haut niveau dans l’étude et la gestion des phénomènes migratoires.

Depuis sa création, cette formation n’a cessé d’évoluer et de s’adapter à la complexité et à l’ampleur croissante des mobilités et des migrations afin de rester ouverte aux enjeux professionnels. S’il prépare directement à une formation doctorale ouverte vers les métiers de la recherche et de l’enseignement supérieur, ce master a également pour objectif de former des chargés d’étude compétents agissant dans le monde des ONG, des institutions internationales, des collectivités territoriales, etc.

L’équipe pédagogique du master est soucieuse de rester à l’écoute des étudiants. Les effectifs limités des promotions, entre 15 et 20 étudiants (dans chaque spécialité de master 2), permettent des échanges suivis et de qualité entre étudiants et intervenants. Ce dialogue stimule ainsi les pratiques pédagogiques des intervenants et nourrissent la vitalité du master.

Responsables de formations :

Responsable de la mention Migrations internationales : Naïk Miret

M1 : Céline Bergeon et Nelly Robin

M2 Recherche : Naïk Miret, Adelina Miranda, Olivier Clochard, Cyril Roussel, Daniel Senovilla

M2 Professionnel : Nathalie Kotlok

-o-

Directeur du laboratoire MIGRINTER : Adelina Miranda et Olivier Clochard

Directrices du département de Géographie : Céline Bergeon et Claire Portal

Master