Billet de terrain #7

Les descendants d’italiens dans l’espace associatif lorientais: le rapport aux origines entre parcours mémoriel et quête identitaire

Par Francesca Di Donato, étudiante en Master 2 Migrations internationales de l’Université de Poitiers/UMR 7301 Migrinter)

Lors de mon master 2 je me suis intéressé aux descendants d’une migration de longue durée, telle que celle italienne (Sanfilippo 2018). Plus particulièrement je me suis penchée sur le processus de transmission et de réappropriation des traits d’origine au sein du milieu associatif italien en France. Du fait d’une reconfiguration de l’associationnisme italien à partir des années 1990, le but de ces structures est devenue celui de promouvoir des activités, considérées comme typiquement italiennes, par exemple la cuisine (Mourlane 2001). Je me suis alors demandé comment  les descendants d’italiens à travers leurs implications dans une association d’italiens, développent-ils des liens d’appartenance qui vont au -delà de la sphère locale d’origine des ascendants ?

En dépit de l’invisibilité des migrants italiens, retenus pour longtemps comme un exemple d’intégration réussie, je postule que certains descendants, avec l’appui des associations, se réapproprient du lien avec l’origine et même la reconfigurent.  Ainsi, les générations d’italiens ne seraient pas juste porteuses de mémoire, mais aussi capables d’imaginer et de construire un nouveau type d’appartenance au sein du champ migratoire italien.

Lors de mon terrain, trois éléments d’observation ont été priorisés : la mémoire des ancêtres et de la localité d’origine, la transmission des traits d’origine et de l’histoire familiale et les pratiques sociales que les interviewés mettent en place pour s’approcher des origines. Parmi ces dernières on retrouve les pratiques associatives au sein d’Italia Morbihan, association de Lorient où j’ai fait mon stage.

Pour enquêter ces aspects, j’ai filmé des moments d’échanges parmi les membres de l’association et j’ai mené des entretiens filmés. Avec cette méthodologie, j’utilise ainsi, lors de la restitution de résultats, le type de discours qu’ils produisent, la perception du passé migratoire, mais aussi les silences concernant des oublis ou des omissions, eux aussi chargés de significations. Lors de mon terrain j’ai ainsi mené des ateliers d’écriture par visioconférence et en présentiel. Les personnes amenaient un souvenir, je leur posais des questions et ils pouvaient répondre en écrivant, en exprimant ainsi leur ressenti. Dans un deuxième temps les participants échangeaient autour de ce qu’ils avaient envie de partager. Lors notamment d’un atelier en présentiel, l’échange les a amenés à coconstruire un discours autour de leur sens d’appartenance.

A côté de ces moments collectifs, je me suis penché sur la reconstruction de l’histoire familiale et migratoire de leurs ancêtres. Lors des entretiens on s’aperçoit que leurs souvenirs ne sont pas une succession d’événements : leur sélection dépend des nécessités de leur présent. La mémoire individuelle a lieu en tant que résultat des interactions et des relations présentes (Halbwachs 2013)

Deux frères d’origine italienne échangent autour d’un document de famille. (Prise de vue : F. Di Donato)

 

De plus, des observations ont enrichi ma réflexion sur mon objet d’étude. L’espace associatif, avec ses activités à caractère culturel, permet aux descendants d’italiens d’exprimer et d’expérimenter leur rapport avec l’Italie. Les participants observés utilisent les activités de l’association pour s’approcher d’une Italie idéalisée, pour renouer avec les racines ou encore pour bricoler l’identité.

 

Malgré les différents rapports avec les origines, ces descendants sont tous en quête d’une sorte d’italianité[1], faite d’éléments folkloriques, essentiels, parfois stéréotypés de la culture italienne.

En revanche on peut se demander si cette italianité, qui permet à ces générations d’italiens de se rapprocher aux origines, coexiste avec un héritage des migrations italiennes ? Est-ce développent-ils une référence collective capable d’assurer la survie de l’histoire des migrations italiennes ?

Références :

Matteo Sanfilippo, « Les migrations italiennes : un aperçu statistique sur la longue durée », Revue européenne des migrations internationales, vol. 34 – n°1 | 2018, 29-52

Halbwachs, Maurice. Les cadres sociaux de la mémoire. Albin Michel, 2013.

Mourlane, S. (2001). Solidarités formelles et informelles: les associations d’Italiens en France depuis 1945. Cahiers de la Méditerranée, (63), 199-221

Stephane Mourlane | Immigration et italianité en France depuis la fin du XIXe siècle. Paris, Musée de l’Histoire et de l’Immigration, 2017, (50 min) https://www.histoire-immigration.fr/agenda/2016-10/italianite-l-immigration-en-ses-lieux

[1] https://www.histoire-immigration.fr/agenda/2016-10/italianite-l-immigration-en-ses-lieux



Citer ce billet
Céline Bergeon (2021, 27 août). Billet de terrain #7. MASTER Migrations internationales. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rf7f

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.