Billet de terrain #9

Récits de solidarité informelle dans une « Ville Accueillante » : la gare de Poitiers, la galère et l’entraide.

Par Victor Florencio Ramos Biserra,  étudiant en Master 2 Migrations internationales de l’Université de Poitiers/UMR 7301 Migrinter)

Enquêter sur une ville accueillante pour les personnes migrantes demande une véritable immersion sur le terrain. C’est au quotidien que nous pouvons observer les différentes pratiques de solidarité menées par différents acteurs pour aider les personnes plus précaires, notamment celles et ceux qui viennent d’arriver dans une nouvelle ville, dans un nouveau pays. Ces dynamiques peuvent avoir de nombreuses caractéristiques, elles peuvent être individuelles ou collectives, formelles ou informelles, sporadiques ou permanentes. De plus, elles sont parfois aussi le fruit de l’investissement des acteurs politiques, associatifs ou, tout simplement, des habitants locaux[1].

Cette diversité caractérise aussi Poitiers alors que depuis 2020 la municipalité est engagée pour transformer Poitiers en « Ville Accueillante ». La politique municipale d’accueil mobilise divers acteurs et concerne différents publics. De mon côté, depuis 2021 dans un travail collaboratif avec les migrants, je questionne les imaginaires autour de la « ville accueillante ».

” C’est la galère”

Lors de mon stage au pôle REMIV, Ressources pour les mineurs isolés en Vienne, à la Maison des 3 quartiers de Poitiers, j’ai pu connaître de multiples histoires vécues par les jeunes qui fréquentent cet espace. Ces récits évoquent notamment la galère. Celle alors que vous arrivez dans un pays où vous ne maîtrisez pas les codes et, parfois, même pas la langue. La galère quand vous êtes dans une ville où vous ne connaissez personne. De plus, il fait nuit et froid. Vous regardez les gens qui passent mais vous ne savez pas quoi faire. Bref, « c’est la galère », comme disent les jeunes rencontrés.

À Poitiers, pour ces jeunes, tout se passe à la gare ferroviaire et routière. Assis sur un banc, les nouvelles et nouveaux arrivants attendent et réfléchissent à ce qu’il vont faire. Face au manque d’informations, la peur et l’incertitude, c’est le moment d’aller vers l’autre, vers l’inconnu pour demander des renseignements, de l’aide. Parfois, le plan est très réfléchi. Ils abordent les gens qui parlent la même langue ou qui ressemblent aux gens de leur pays. Parfois, c’est du pur hasard. À la fin, certaines rencontres avec l’Autre permettent de tisser différents liens d’entraide

Certains ont pu être hébergés quelques jours voire des mois chez la personne rencontrée, d’autres ont obtenu de l’aide financière ou alimentaire, des renseignements, et ont été accompagnés vers les associations, les dispositifs d’hébergement d’urgence ou vers l’ASE (Aide Sociale à l’Enfance).

Certains récits m’ont marqué et motivé à creuser plus sur les pratiques informelles de solidarité aux alentours de la Gare de Poitiers. Peu à peu, de multiples histoires d’entraide entre les personnes migrantes ont été mises au jour. Par exemple, entre 2017-2018, plusieurs personnes rencontrées m’ont parlé d’un certain Mamadou qui aidait celles et ceux en grande précarité à la gare. C’est grâce à lui que plusieurs personnes ont pu connaître le réseau associatif poitevin, les dispositifs d’aide de l’État et les multiples démarches administratives en France.

Lors d’une matinée au REMIV, j’observe la rencontre de R. avec A, deux « anciens » du REMIV. Les deux se saluent chaleureusement avec un grand « waouh, ça fait longtemps mon frère ! ». R. me raconte leur histoire pendant qu’on mangeait des gâteaux au chocolat. Les deux se sont croisés au foyer de l’ASE en 2018 mais chacun a pris son chemin à la suite de la décision de non-reconnaissance de leur minorité.

À son arrivée, R. ne parlait un mot de français. Pendant plusieurs jours il a erré dans les rues de Poitiers, sans manger et sans savoir comment faire pour trouver de l’aide. C’est aux escaliers de la gare qu’il a croisé A. Même sans pouvoir communiquer par des mots, A. comprend la situation. Il ouvre son sac et lui donne un paquet de gâteau, le même que nous étions en train de manger lors de cette discussion à trois. Très ému, R. me dit que la vie en France est très dure, mais parfois on rencontre des « gens chouettes » qui sont là pour aider.

Cette expérience de solidarité entre R. et A., me fait penser à S.D, jeune adulte qui venait régulièrement au REMIV. Très souriant et sympathique, il avait toujours des démarches à faire. Parfois pour lui, mais souvent pour les personnes de sa famille. En creusant un peu sur sa vie, j’ai découvert qu’il avait effectivement de la famille dans la région, mais que la plupart des personnes qu’il accompagnait au REMIV étaient des personnes qu’il avait rencontrées dans la galère et qu’il aidait. Au fil du temps, ils sont devenus des membres de sa famille.

Tu sais, il faut aider les gens. Ce n’est pas parce que t’es noir ou blanc que tu dois oublier les autres. On est tous des être humains et on doit aider ceux qui sont dans le besoin.”

S.D

Ce jour là, il venait d’aider un « Ukrainien » qui errait dans la gare. En effet, c’était un jeune ressortissant du continent Africain, qui était en Ukraine et qui a subit le parcours du combattant pour pouvoir se protéger en France. Face à la politique d’accueil sélective de l’État, c’est S.D qui a fait le premier accueil de cette personne.

Mamadou, A. et SD sont des exemples de personnes qui participent à la transformation de Poitiers en ville accueillante.

“En Afrique, il n’y a pas d’associations comme ici. Là bas on est tous des associations. On aide tout le monde comme on peut 

Jeune guinéenne

Leurs récits sont inspirants et montrent que nous avons beaucoup à apprendre avec eux. De plus, ces histoires de vie démontrent que les personnes migrantes peuvent et sont actrices dans l’accueil au niveau local[2]. Plusieurs personnes rencontrées ont exprimé leur envie d’aider celles et ceux qui subissent la même galère qu’ils ont subi à leur arrivée à Poitiers.

Contre l’inhospitalité de l’État, soyons toutes et tous des associations, soyons solidaires. Unissons-nous et agissons pour montrer qu’une autre forme d’accueil est possible !

[1] FLAMANT,Anouk ; LACROIX, Thomas. « La construction négociée de l’accueil des migrants par les municipalités ». Migrations Société, CIEMI, 2021, “ Villes et territoires accueillants ” en France et ailleurs, pp.15-29.

[2] AGIER, Michel. « L’étranger qui vient : repenser l’hospitalité ». Paris, Seuil, 145 p.

Prise de vue par Victor FLORENCIO. Poitiers, 2021.


Citer ce billet
Céline Bergeon (2022, 25 août). Billet de terrain #9. MASTER Migrations internationales. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rf7i

Une réflexion sur « Billet de terrain #9 »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.