Billet de terrain #10

Dans le territoire grenoblois, associations, collectifs et citoyens s’organisent pour l’hébergement des personnes migrantes

Par Pauline Ronchera,  étudiante en Master 2 Migrations internationales de l’Université de Poitiers/UMR 7301 Migrinter)

« Avant 1914, la terre avait appartenu à tous les hommes. Chacun allait où il voulait et y demeurait aussi longtemps qu’il lui plaisait ». C’est le monde décrit par l’écrivain Stefan Sweig, un monde qui apparaît aujourd’hui révolu. Aujourd’hui c’est le temps des murs qui agissent comme des barrières frontalières. Les sociétés contemporaines à l’échelle européenne et internationale se sont dotées d’instruments de contrôle migratoire et ont construit des pièges territoriaux. C’est le discours d’une Europe submergée par des flux, des vagues de migrants qui justifient la floraison des barrières, des murs, des contrôles migratoires. Un objectif : réguler pour régler la “crise migratoire”, celle dépeint dans les discours politiques et médiatiques depuis maintenant plusieurs années. C’est une politique de non accueil que vivent au quotidien les demandeurs d’asile et les personnes migrantes.

Au nom de l’hospitalité et d’un accueil digne des personnes migrantes, des associations, des collectifs et des citoyens s’organisent à l’échelle du territoire grenoblois mais également en France et en Europe pour pallier aux manquement de l’État en matière d’hébergement. En effet, les dispositifs d’hébergement public des personnes migrantes sont défaillants.

Plusieurs éléments ont été observés dans ce sens lors de mon terrain, tout d’abord structurellement on constate que l’hébergement est bouché (Braud, Fisher, Gaterlier : 2018).

 

“Nous sommes navrés mais nous n’avons plus de places”

Un demandeur d’asile sur deux. Ce chiffre est alarmant.

Lors des permanences d’accueil de jour du Secours Catholique de Grenoble où j’ai pu réaliser mon stage de M2, j’ai été confrontée tous les jours à la même demande : le besoin d’un hébergement. J’ai rencontré des hommes seuls, des femmes avec ou sans enfants, des femmes enceintes, des familles et des mineurs isolés étrangers : tant de situations vulnérables et de personnes non hébergées depuis des semaines, des mois et des années pour certains.

Tous les matins, appel au 115 (dispositif qui gère l’hébergement d’urgence) pour signaler ces personnes à la rue et qui m’attendent dans mon bureau.Souvent la même rengaine au téléphone : « nous sommes navrés mais nous n’avons plus de places ». Cette personne devra donc retourner à la rue faute de solution car même les associations, les collectifs citoyens ne parviennent pas à pallier à l’inhospitalité publique.

Au cours de mon terrain, à la fois dans mes missions de stages et dans le cadre de mon mémoire, j’ai rencontré différents acteurs de l’hospitalité privée. Plusieurs constats apparaissent très clairement: tout d’abord, il est très difficile d’héberger des familles dans les réseaux d’hospitalité citoyenne. De nombreuses associations et collectifs fonctionnent sous la forme d’un réseau de familles d’accueil. Cette forme d’accueil s’avère inadaptée pour l’accueil des familles – souvent des femmes avec enfants – car trop lourd à porter pour les accueillants. De plus, parmi les personnes à la rue, il y a souvent des mineurs non reconnus mineurs par le Département et donc dans un entre deux juridique : « ni mineur » « ni majeur ». Ils sont rarement hébergés par le dispositif d’hébergement d’urgence faute de places comme évoqué plus haut et leur situation administrative complexe ne leur permet pas d’être hébergé en CADA (Centre d’Accueil de Demandeurs d’Asile) car tant qu’ils ne sont pas majeurs, ils ne peuvent pas déposer une demande d’asile. Ces jeunes accompagnés par le Secours Catholique sont hébergés via un partenariat avec plusieurs réseaux d’accueil citoyen : le réseau Esaïe du Diaconat Protestant qui accueillent également des personnes déboutées sous la forme d’un hébergement tournant en familles d’accueil, l’association diocésaine Solidarité Saint-Martin qui accueille sous la forme de plusieurs abris, trois au total. Deux abris pour les jeunes hommes et un abri pour les femmes. L’accueil prend également la forme de comités. Ces derniers sont généralement en lien avec une paroisse. En ce qui concerne le fonctionnement, c’est un hébergement en appartement où un groupe de bénévoles prend en charge le loyer et accompagnent les personnes hébergés. L’association, Solidarité Saint-Martin, compte 8 comités dispersés sur l’ensemble du département isérois.

L’hébergement citoyen permet ainsi d’héberger des mineurs non reconnus mineurs en recours et des jeunes majeurs. Pour ces derniers, lorsqu’ils décident de déposer une demande d’asile à leur majorité, si une place est disponible ou qu’un nouveau pétale1 se crée, ils peuvent être hébergés au sein du réseau JRS Welcome pour une durée maximum de 9 mois et un changement de familles toutes les 4 à 6 semaines.

État des lieux des jeunes accompagnés par le Secours Catholique, hébergés par les réseaux d’accueil partenaires.  (Ronchera.P : 2022)

Le territoire grenoblois est un territoire riche en initiatives hospitalières et solidaires. Cependant, une des limites observées sur mon terrain de recherche réside dans le fait que ces actions citoyennes restent insuffisantes au regard des nombreuses personnes migrantes qui sont à la rue. Ce sont des gouttes d’eau qui ne remplaceront jamais une politique d’accueil qui traite avec dignité et humanité les personnes migrantes.

 

1.Un pétale désigne le regroupement de foyers accueillants qui accueillent à tour de rôle une personne migrante.

Références :

Agier Michel (2018), « L’étranger qui vient. Repenser l’hospitalité », Paris : Seuil.

Babels (Michel Agier dir.), « Hospitalité en France : Mobilisations intimes et politiques », Lyon, Le passager clandestin, 2019, 156 p. (Bibliothèques des frontières).

Braud Fanny, Fischer Bénédicte et Gatelier Karine, « L’hébergement des demandeurs d’asile à l’épreuve d’administrations françaises en crise. Une analyse locale : l’exemple de Grenoble. », La Revue des droits de l’homme [En ligne], 13 | 2018.

Gerbier-Aublanc Marjorie, « Un migrant chez soi », Esprit, n°446-447, juillet-août 2018.



Citer ce billet
Céline Bergeon (2022, 1 septembre). Billet de terrain #10. MASTER Migrations internationales. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rf7j

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.