Master 2 Recherche

MIGRATIONS INTERNATIONALES, ESPACES ET SOCIÉTÉ

Direction

Pierre KAMDEM : pierre.kamdem@univ-poitiers.fr

Marie Françoise VALETTE : marie.francoise.valette@univ-poitiers.fr

FORMULAIRE DE PRE-INSCRIPTION

Le Master Recherche MIES vise à former des chercheurs exerçant dans les secteurs publics et privés, et des chargés d’études qualifiés pour analyser les mutations sociales et spatiales en relation avec les migrations internationales et la multiplication des situations pluriethniques. Cette formation permet d’acquérir les compétences nécessaires pour répondre concrètement aux questions que se posent les collectivités territoriales, les organisations internationales et les États qui sont confrontés aux circulations internationales et à leurs conséquences sociales et spatiales. L’ouverture aux secteurs du privé et à l’international est possible dans la mesure où les notions enseignées dans cette formation combinent les approches conceptuelles, théoriques et pratiques.

La spécialité recherche « Migrations Internationales : Espaces et Sociétés (MIES) » est axée sur l’examen et la compréhension de la mobilité des hommes et l’analyse des situations de contact entre groupes d’origines diverses, que produisent les migrations de populations. Elle propose d’analyser les transformations dues à ces migrations tant dans les pays de départ que dans les pays d’accueil ou les pays dits de transit. D’un point de vue pédagogique, cette formation vise donc à combiner une formation à la recherche théorique et empirique et à approfondir les questions relatives à :

  • l’analyse des dynamiques migratoires dans le monde;
  • l’étude des recompositions territoriales et de leurs enjeux socio-politiques ;
  • l’analyse des modalités du développement dans le contexte de la migration ;
  • la compréhension de l’articulation entre territoires et identités ;
  • la production des identités collectives ;
  • la production de catégories et aux processus de ségrégation et de discrimination.

L’ensemble de ces questionnements repose pour leur totalité sur le périmètre de recherche circonscrit par les axes prioritaires du laboratoire Migrinter.

Le programme d’enseignements se donne ainsi pour but :

  1. de familiariser les étudiants avec le corpus des textes théoriques fondamentaux concernant les processus migratoires et la construction de l’altérité et de leur présenter les avancées les plus récentes des recherches françaises et internationales dans ce domaine. L’objectif est de leur permettre de se repérer dans les réalités sociales et politiques contemporaines, de se situer dans le débat épistémologique par la maîtrise des concepts, schémas explicatifs, théories mises en œuvre dans le domaine des migrations internationales ;
  2. de les former aux outils méthodologiques (documents, écrits, statistiques, enquêtes de terrain, analyses de discours) appliqués à l’étude des migrations internationales et des relations interculturelles et proposée dans le cadre de cette spécialité recherche ;
  3. de les initier à la démarche comparative prenant en compte une variété de situations de contact de populations dans le monde.

Pour atteindre ces objectifs, l’enseignement comprend un tronc commun composé de cinq UE animé par une équipe pédagogique composé de chercheurs et d’enseignants-chercheurs de Migrinter. Interviennent également dans les enseignements des chercheurs en sciences sociales et humaines, français ou étrangers, d’origine disciplinaire diversifiée (sociologie, anthropologie, démographie, histoire, géographie et sciences politiques) spécialistes du domaine des migrations internationales, des processus de construction de l’altérité, des relations entre mobilités et mutations spatiales et de méthodologie. L’offre en enseignement de méthodologie assure l’étudiant d’un capital formation qu’il pourra mobiliser pour son insertion professionnelle.

 Formation à la recherche par la recherche 

Ce capital formation est directement mis au fait de la réalité du terrain par l’élaboration assistée d’un dispositif de recherche personnalisé. Une importance particulière est accordée au terrain de recherche et à sa préparation (encadrement par des tuteurs, production d’un état de l’art sur la question de recherche et construction d’une démarche méthodologique) puis à la restitution des expériences et à la qualité de la présentation des résultats (organisation de journées de retours du terrain, écriture et soutenance d’un mémoire de recherche). Le terrain de recherche, effectué au second semestre, peut prendre la forme d’un stage réalisé dans une organisation publique ou privée où l’étudiant est placé en position d’observateur privilégié du fonctionnement social de la structure qui l’accueille. Il s’agit donc d’une formation requérant de la part des étudiants une implication totale durant les deux semestres.

Admission en M2R

Les titulaires d’un Master 1 (ou titre équivalent) obtenu dans une discipline des sciences humaines et sociales (géographie, sociologie, droit, histoire, économie, etc.) sont susceptibles d’y être admis ainsi que des professionnels dont le dossier passera devant une commission de validation des acquis.

L’admission en master 2 Recherche est décidée après examen, par le comité de master, des dossiers de candidature qui comportent : un CV, un court projet de recherche (2 pages) et une lettre de motivation. Ces trois documents doivent être adressés aux responsables de la formation.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Master