Elles.ils ont intégré le Master Migrations internationales cette année

Je m’appelle Alissa Swenson. Je suis de nationalité américaine et lettone, mais je suis en France depuis 4 ans entre la Martinique et la métropole. Dans mon temps libre, on peut me retrouver aux écuries, sur un tapis de yoga, ou devant un chevalet !

Trois mots pour te caractériser ?
Volontaire, dynamique, et souriante 

Ta formation depuis le Bac  ?

J’ai un Bachelors of Arts en littérature francophone et en études africaines de l’Université de Wisconsin aux Etats-Unis. Cette formation très dynamique m’a vraiment appris à penser de manière critique sur le monde. J’ai aussi eu le privilège d’approfondir mes compétences linguistiques en français et swahili, renforcées grâce à des séjours à l’étranger en France et au Kenya.

Pourquoi t’être inscrit.e dans le master migration ?

Je cherchais depuis longtemps une formation axée sur les migrations. Cet intérêt est d’abord lié à ma propre histoire migratoire mais aussi celle de ma famille qui a migré aux États-Unis en tant que réfugiés après la seconde guerre mondiale pour commencer une nouvelle vie. L’accessibilité des études supérieures en France ainsi que la présence du laboratoire du CNRS MIGRINTER attaché à la formation ont joué des énormes facteurs aussi.

Alors cette 1ère année ? T’en penses quoi ?

Ayant fait toute ma scolarité précédente aux USA, faire des études à l’étranger demande un esprit ouvert et une capacité d’adaptation ; cependant, notre promotion est très internationale et solidaire, ce qui m’a beaucoup facilité la transition ! Le master offre des perspectives variées autour des théories migratoires, principalement pour ceux qui veulent s’orienter vers la recherche. J’ai eu deux moments particuliers cette année qui m’ont beaucoup marqué : le premier, une visite des archives départementales de Poitiers pour un cours sur les sources des migrations ; le deuxième l’atelier immersif « Cosmophonie » à l’espace Mendez France qui nous a invité de penser aux spectacles et expressions artistiques pour sensibiliser la société et mieux s’entendre.

Tu as décidé de travailler sur quelle thématique pour ton projet d’études et professionnel ?

Pour mon sujet de mémoire, j’ai décidé de travailler sur la thématique des pratiques habitantes dans les bidonvilles. Suite à mon expérience de stage dans le bidonville de Kibera au Kenya, j’ai vite appris que nous avons beaucoup de représentations de la pauvreté qui ne correspondent pas toujours à la réalité. J’ai découvert le bidonville comme un chez-soi et une inspiration de la créativité humaine et je me suis rendu compte de l’importance de trouver des solutions innovantes aux défis de logement qui prennent en compte les résidents comme des acteurs propres.

Un fait migratoire qui t’a beaucoup marqué cette année ?

Cette année j’ai appris que la proportion de migrants (des personnes vivant hors de leurs pays natales) au sein de la population mondiale n’est que 3%. Alors qu’on a une tendance de parler de « la crise des migrations » ces dernières années, en fait, 97% de la population de la planète est sédentaire !

Un dernier mot ? (citations, mot d’encouragement pour le master, un mot pour dénoncer, etc.)

« The paradox of education is this—that as one beings to become conscious one begins to examine the society in which he is being educated. » – James Baldwin
Ce citation m’a toujours rappelé de l’importance de la réflexion critique et la conscience de soi ainsi que notre responsabilité en tant que citoyens du monde d’améliorer nos sociétés.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.