Billet de terrain

Déambulations à Athènes
par Laura Bouillette, étudiante en Master 2 Migrations internationales
31/03/2020

Athènes est une ville paradoxale. Des bâtiments délabrés entourent l’architecture représentative du long et riche passé de la capitale grecque. Le contraste entre les bâtiments grandioses et ceux abandonnés en ruines est saisissant. La précarité extrême qui occupe les rues de la capitale grecque est devenue un élément du paysage à part entière.

Olympeion. © Laura Bouillette, 2020

La géographie de la ville participe à son ambiance particulière. Mes déambulations m’ont conduite à fréquenter quatre quartiers, aux atmosphères complétement différentes et cela seulement à quelques minutes de marche les uns et des autres.

Plaka, quartier touristique constitué de petites ruelles aux habitations de couleurs vives qui abrite la plus grande attraction de la ville : l’Acropole. C’est ici que j’ai rencontré Peter, réfugié sans-abri sud-africain en Grèce depuis 5 ans. Il rêve de réaliser une thèse en philosophie sur les bienfaits de la création d’une société unique. Cet ancien professeur d’économie, vend aujourd’hui des bracelets aux touristes pour pouvoir survivre. Bâtiment en ruine.

Bâtiment en ruine. © Laura Bouillette, 2020

Monastiraki, autre quartier touristique où la population migrante et/ou sans-abris est plus visible qu’à Plaka. La présence de vendeurs en tout genre sur la place principale mais aussi celle de la police en grand nombre ainsi que des micro-territoires appropriés par des sans-abris en plein milieu de l’activité touristique (par exemple sous les arches des bâtiments se trouvent des grandes enseignes) rendent ce quartier surprenant et fascinant à explorer. En effet, chaque rue possède une aura bien à elle.

Habitat de fortune dans le quartier de Monastiraki. © Laura Bouillette, 2020

Omonia, le cœur de la ville. Ce quartier m’a été fortement déconseillé, de nombreux Grecs m’ont recommandé de ne pas y aller seule. Je m’y suis tout de même rendue pour me faire ma propre opinion. La place principale du quartier (une des grandes places de la ville) est occupée la journée par des groupes d’hommes de nationalités diverses s’adonnant pour certains, à des activités illicites (trafic de drogues, prostitution, etc.) tout en consommant d’importantes quantités d’alcool. Ma présence en tant que jeune femme a été très vite repérée, une des personnes du groupe qui m’approcha m’a reconnu de mon bénévolat avec l’association Ithaca Laundry et m’a offert un bracelet (habituellement vendus aux touristes dans les quartiers cités précédemment) et me dit de faire demi-tour mais qu’on pourra discuter lors des heures d’activité de l’association mais que je ne pouvais pas rester ici.

Et enfin plus au nord, Exarchaïa, le quartier révolutionnaire où de nombreux squats ont été ouverts ces dernières années pour lutter contre le sans-abrisme qui gangrène la ville. C’est là que tous les acteurs travaillant avec les réfugiés que j’ai rencontré m’ont donné rendez-vous. Au coin de deux rues où de nombreuses affiches dénonçant les pratiques du gouvernement et prônant le vivre ensemble se trouve de nombreux cafés/bars tous très fréquentés où se retrouvent les personnes aidant les migrants à s’installer dans la ville pour discuter et mettre en place les actions à venir.

L’élément commun à l’ensemble de la capitale grecque autre que le street-art qui recouvre une grande partie de l’architecture athénienne : sa faune. Pigeons et chats errants cohabitent dans les rues et bâtiments vacants de la ville. Locaux comme touristes les nourrissent dans des petits récipients disséminés à travers la ville.

La crise sanitaire qui touche actuellement le monde ne m’a pas permise d’approfondir plus longuement mon terrain. Mon envie d’y retourner pour continuer mon apprentissage d’Athènes et de ses codes croît un peu plus chaque jour.

Les chats s’approprient les espaces vacants. ©Laura Bouillette, 2020.


2 réflexions sur « Billet de terrain »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.