Billet de terrain #2

Du vécu des dernières mobilisations françaises à celles sur la rive opposée de la méditerranée…

Par Léna Haziza

Étudiante en master 2 Migrations internationales (Migrinter/Université de Poitiers), elle réalise actuellement un mémoire sur les femmes algériennes et les réseaux familiaux transnationaux


Une nouvelle ambiance…

Il y a l’Algérie que l’on enseigne au lycée, que l’on peut lire à travers plusieurs auteur.trice.s, mais partir sur le terrain permet réellement de déconstruire et reconstruire ce que l’on pensait savoir. Alger, a bien des images mais est moins connu pour sa tendance anti-impérialiste, son accueil de quelques membres des Black Panthers… son côté révolutionnaire. J’ai pu découvrir, approfondir et vivre l’ambiance d’Alger – bien particulière avec le mouvement du hirak – surnommé « la Mecque des révolutionnaires ».

C’est en descendant la rue Didouche Mourad, une des artères principales du centre-ville que l’on peut sentir l’ambiance du jour : des mobilisations sont-elles prévues ou pressenties ?

Le nombre de camions de CNS (CRS) alignés le long de la route en est un marqueur. Le vendredi, une des journées de mobilisation de la semaine, les chants éloquents des manifestant.e.s sont perceptibles jusqu’aux fenêtres de mon immeuble situé à environ 2kms de la place principale. Plusieurs cortèges avec différentes ambiances (le carré ouvrier, le carré féministe, d’autres sans étiquettes, etc.) descendent des hauteurs de la ville, remontent les avenues, jusqu’à se retrouver place de la Grande Poste. Ils occupent la rue et la route, les voitures ne passent pas, font demi-tour, et pour un piéton, se déplacer à contresens de la foule est compliqué.

Manifestante rue Didouche Mourad, Alger, quelques minutes avant qu’elle ne se rende au milieu de la route – Samedi 7 mars 2020 © Léna Haziza

Il y a aussi des manifestations imprévues ou à la dernière minute. Notamment un samedi : la route n’est pas bloquée, les voitures circulent alors à moindre vitesse et les manifestant.e.s occupent les trottoirs sans défiler, se font face et lancent des slogans, se répondant parfois ou chantant à l’unisson. Les CNS et les policiers alignés font face aux manifestant.e.s pour les contenir, seulement par leur présence, rare est leur besoin de s’imposer de façon plus marquée (pour rappel, un des mots d’ordre du mouvement est « Silmiya », pacifisme). Deux femmes âgées, au milieu de la route entre les quelques voitures, brandissent des drapeaux de l’Algérie en scandant des slogans, parfois repris par quelques-un.e.s du cortège.

Une mobilisation a également eu lieu pour la journée internationale du droit des femmes, le 8 mars. C’est un mélange entre des slogans féministes et du hirak : « pas de tutelle, ni pour moi, ni pour mon pays» (photo 2). La circulation n’est pas bloquée, des femmes s’efforcent de rediriger la foule sur la route, malgré les voitures afin qu’elle ne reste pas confinée sur les trottoirs, à la marge. Une façon d’occuper l’espace – tout l’espace – de le prendre et de se rendre visible, elles et les revendications.

Cortège du 8 mars 2020, Avenue pasteur et place de la Grande Poste, Alger © Léna Haziza

Voilà l’ambiance presque quotidienne qui m’a sauté aux yeux, Alger semble en pleine ébullition.

…Différentes lectures

Si les manifestations semblent fédérer des personnes aux profils et opinions bien différentes, idée étayée par la plupart des articles, c’est sans compter sur les discussions avec des algérois.e.s qui montrent des avis divergents. Une retraitée insiste sur le fait qu’à ses yeux « le vendredi c’est sacré », alors qu’une jeune fille me dit qu’elle s’est détournée du mouvement car elle considère qu’il y a un manque d’organisation et que cela « ne mène à rien ». Pour un jeune, le mouvement du hirak n’est pas présenté dans sa globalité depuis l’étranger. Par exemple, il aurait mené à la chute de plusieurs oligarques liés à des affaires de corruption. A ses yeux, ce fait pourrait avoir été volontairement occulté puisqu’il pourrait encourager les multiples mouvements sociaux dans d’autres pays, notamment en France.

Les différentes opinions entendues démontrent l’importance du terrain et la diversification des sources.

Les réactions des personnes qui m’apparaissaient comme singulières sont aussi à replacer dans le contexte de la société algérienne. Lors de la mobilisation du 8 mars, je souhaitais terminer la marche alors que la dame qui m’accompagnait a voulu l’écourter, notamment lorsqu’elle a entendu des sirènes retentir. J’ai eu beau proposer de la rejoindre plus tard, nous sommes parties toutes les deux avant la fin. On m’a expliqué quelques jours plus tard que cette dame, militante féministe de longue date, avait vécu les manifestations des années 1990 où des attentats ont parfois eu lieu, sa réaction était peut-être à replacer dans son expérience personnelle des mobilisations. Ainsi, c’est d’abord dans les cafés avec les algérien.ne.s qui ont toujours vécu.e.s là, par d’autres prismes de pensées, que j’en ai appris davantage et différemment sur ce pays. Si l’on connait l’importance de déconstruire chaque situation et de la replacer dans un temps long, le vivre est toujours plus saisissant.

Début du cortège réduit par les appels à rester chez soi à cause du Coronavirus, rue Hassiba Ben Bouali, Alger – 13 mars 2020 © Léna Haziza


1 réflexion sur « Billet de terrain #2 »

  1. Merci Lena de nous avoir fait partager ces premières observations de terrain!!
    en effet ce sont d’autres voix qu’on entend là!
    Naïk M.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.