Billet de terrain #3

Le marché des Couronneries de Poitiers, un carrefour interculturel : entre multiculturalité et échanges

Par Noémie Goux, Flora Penot et Daphné Velay

Étudiantes en Master 2 Migrations internationales (Migrinter/Université de Poitiers). Dans le cadre de leur formation en Méthodes et outils d’analyse de l’espace et des sociétés, elles nous livrent une observation d’un quartier multiculturel de Poitiers.

****

Le quartier des Couronneries, souvent désigné comme le plus “cosmopolite” de Poitiers, concentre environ 10 000 habitants. Classé comme quartier prioritaire, il se situe au nord-est du Clain, à la limite de la commune de Buxerolles

Le plus grand marché du département de la Vienne, se tient deux fois par semaine, le mercredi (de taille  réduite) et le dimanche. C’est un haut-lieu de la vie sociale où se rencontrent habitants du quartier mais aussi autres pictaves et résidents des communes alentours. Les commerçants ambulants qui viennent déballer au marché des Couronneries représentent une dynamique commerciale qui s’ajoute aux commerces “fixes” du quartier (U Express, bureau de tabac, opticien, boulangeries, bouchers…).

Est-ce que ce marché, emblématique pour sa diversité culturelle, favorise pour autant la rencontre et l’échange interculturel ? Comment cela s’observe-t-il ? De plus, il y a-t-il un rapport entre l’utilisation et l’appropriation de l’espace et les comportements des usagers entre eux ? C’est en développant cette méthodologie d’enquête par l’observation que nous avons tenté de répondre à ces questionnements

Diversité de produits et d’étals

Le marché présente une multiplicité et une très grande variété de stands : brocanteurs, primeurs, boulangers-pâtissiers, fromagers, poissonniers, fleuristes, bouchers et/ou traiteurs et de nombreux petits stands de nourriture, informels et artisanaux : böreks turcs (une dizaine) mais aussi empanadas, cuisine sénégalaise, asiatique, turque, russe, indienne, marocaine ou encore antillaise (accras de morue). Certains stands se sont adaptés à la religion de leurs clients potentiels : c’est le cas d’un stand de gros, proposant des friandises à prix cassé, qui spécifie “sans porc” sur un écriteau. Des stands de producteurs locaux (jus de pomme, miel, saucissons…) côtoient également des vendeurs de vêtements (djellabas et t-shirts de hard-rock peuvent être proposés sur un même stand!), de chaussures, de matelas, de tapis orientaux, de tissus africains, de bibelots (bijoux, montres…), de shampoings, produits ou autres soins pour les cheveux (frisés, crépus, colorés…).

Diversité des publics

Une multitude de publics se rend au marché : une population très hétérogène, composée de familles de toutes origines, et de personnes âgées (plutôt le mercredi). Le dimanche est marqué par une fréquentation plus forte que celle du mercredi et une diversité des publics beaucoup plus importante : enfants, adolescents, adultes, seniors, aussi bien en famille, en couple, en groupes ou se déplaçant seul.

Intergénérationnel, le marché est aussi bien fréquenté par des hommes que des femmes, même si certains lieux sont plus fréquentés par les uns que les autres. C’est le cas des terrasses des magasins fixes, “en dur”, à côté des stands ambulants du marché. Les terrasses des cafés situées sous les arcades après le Super U, sont quasiment entièrement occupées par une population  masculine et arabe, surtout autour de 11h. Il en résulte un joyeux brouhaha dans les vapeurs de cigarette, et l’impression de se retrouver dans un pays du Maghreb !

Diversité culturelle

Une grande diversité culturelle et linguistique se retrouvent sur le marché (espagnol, arabe, dialectes….) et animent le lieu. De nombreux commerçants d’origine étrangère, certains ne parlant pas du tout le français, vendent des produits liés au commerce ethnique : accessoires, aliments importés de l’étranger… Certains stands semblent également être des affaires familiales : « si vous avez besoin d’épices c’est juste à côté chez le papa ». Le stand des pâtisseries marocaines est tenu par une mère et sa fille, la première s’occupant de la préparation traditionnelle et la seconde de la vente. C’est également le cas pour le stand de börek turcs d’Omer. Ce monsieur et sa femme tiennent ensemble le stand le mercredi tandis que le dimanche, avec la grosse affluence de clients, des jeunes femmes viennent leur prêter main forte. Le marché semble mélanger des catégories socio-professionnelles très diverses, de différents “milieux sociaux”, ce qui se reflète dans la diversité de l’offre commerciale et des tarifs pratiqués.

Rapport entre espaces et pratiques

Si la plupart des commerçants se cantonnent à leur étal et espace de vente, certains d’entre eux s’approprient l’espace d’une autre manière : installation de terrasses éphémères, présence devant le stand, et non uniquement derrière. Cela influence considérablement l’utilisation et le rapport à l’espace : une terrasse favorise des séjours longs, un vendeur mobile dans les allées incite davantage le client à la rencontre et au dialogue… D’une manière plus générale, la proximité joue un rôle essentiel dans le rapport entre usagers.

Certaines allées, assez étroites, incitent à l’interpellation des vendeurs envers leurs potentiels acheteurs. L’espace exigu oblige des personnes à se croiser, se frôler et ainsi, à entrer directement en contact. A l’inverse, l’allée centrale, bien plus aérée et dotée de blocs de bétons, favorise un temps de séjour plus long par rapport à certaines allées. Les blocs de béton font office de bancs ou se “transforment” en mobilier urbain permettant de déguster un plat ou une boisson. La distance physique liée à l’agencement de l’espace peut être considérée aussi bien comme un atout – distance étroite entraînant la proximité et l’échange – ou un obstacle, freinant par exemple la fluidité de la circulation.

Interactions

Nous avons autant observé des formes d’engagement minimal entre anonymes (vendeurs interpellant des acheteurs, négociations, échanges entre inconnus devant un stand…) que des formes d’engagement social (retrouvailles amicales, accolades, salutations diverses, séjours groupés en terrasse ou devant un stand, rires, échanges dans une langue commune, discussions animées, groupes jouant de la musique…). En effet, le langage corporel est riche un jour de marché aux Couronneries et il est aisé d’observer la richesse et la diversité des échanges : salutations (poignées de mains, bises, gestes de la main), accolades, contacts physiques (bras dessus-bras dessous, mains posées sur l’épaule pendant la discussion), sourires…

L’analyse de ces interactions rend compte des multiples échanges sociaux qui constituent ce marché. Les captations sonores enregistrées sur le marché ajoutent une approche sensible à notre enquête, isolant des scènes d’échanges et faisant état, entre autres, de ces interactions entre individus

Cet exercice d’observation, nous a permis de questionner la diversité culturelle de cet espace public, en essayant de mettre en lumière ses différentes manifestations.

Photographies du billet : © Noémie Goux, Flora Penot, Daphné Velay


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.