Billet d’actualité #1

Par L.B., étudiante en Master 1 Migrations internationales

« Malgré les promesses de décongestionnement des prisons à cause de la pandémie de coronavirus, rien n’a encore été fait. Les hôpitaux n’acceptent pas les détenu.e.s des prisons, il n’y a pas de médecin à la taule de Thèbes. Les groupes vulnérables auraient dû être libérés. Nous sommes emprisonnées. Nous n’avons pas été condamnées à mort »

(Citation de Pola Roupa, https://athens.indymedia.org/, 09/04/2020)

De nombreux actes de résistances ont lieu dans les prisons grecques, passant de l’incendie, à la manifestation sonore jusqu’à la grève de la faim.

Et de nouveaux actes sont à prévoir, comme dans la prison de Domokos où les prisonnier.es annonçaient “une grève du travail et de la gamelle” [1] à partir du 22 Avril.

Les détenu.e.s s’organisent pour réclamer le désengorgement des prisons et la libération des plus âgé.es ou plus fragiles. Ces revendications ne datent pas d’hier, mais elles sont pronées encore plus fort et plus légitimement par les détenu.e.s au vu du contexte sanitaire actuel.

Les prisons s’embrasent face au mort.es qu’elles comptent déjà.

Dans la prison pour femmes d’Eleonas [à Thèbes], les détenues se sont révoltées le 9 avril, après la mort de la prisonnière Azize Deniroglu, la seconde en 2 mois.[2]

A la prison de Malandrino, de Thèbes, de Domokos, de Korydallos (qui doit être démantelée et remplacée [3]) des témoignages de détenu.e.s s’échappent pour nous raconter la résistance qui s’y trouve.

La réponse des autorités : réprimer.

Les forces spéciales et les matons font des descentes dans les cellules de prisonnier.es, des perquisitions, des passages à tabac de la part des MAT (forces anti-émeutes).

De la même façon qu’avant la pandémie, réprimer c’est aussi séparer les détenu.e.s en les transférant dans d’autres prisons.

Lorsqu’on parle des détenu.e.s dans les prisons grecques il ne faut pas oublier qu’on parle également de personnes d’origines étrangères.

Le rapport sur la population carcérale en Europe publié en avril 2019 et réalisé pour le Conseil de l’Europe par l’École des sciences criminelles de Lausanne estime que 52,7% de la population carcérale était de nationalité étrangère en Grèce comme on peut le voir sur le graphique suivant.

Si l’on élargit notre point de vue, on retrouve les mêmes actes de résistances dans les prisons mais aussi dans les centres de rétention administrative (CRA) de personnes étrangères (qui ne relèvent pas de l’administration pénitentiaire) en Italie ou en France [4].

Dans les CRA français, les détenu.e.s s’organisent, mènent des grèves de la faim, occupent la cour extérieure. [5]

Ces actes s’ajoutent à la longue liste d’actes de résistance qui ont eu lieu dans les CRA depuis leur création (1981) mais tout comme dans les prisons grecques ils s’amplifient dans le contexte de crise sanitaire qui touche particulièrement les lieux d’enfermement.

De l’autre côté des barreaux, les voix des associations, des élu.e.s s’élèvent pour la fermeture des CRA.

Le 19 mars dernier, le défenseur des droits avait déjà demandé au ministre de l’Intérieur de fermer les centres de rétention administrative pour limiter la diffusion du virus [6], requête qui fut refusée par le Conseil d’Etat le 27 mars.

Pourtant il n’était pas le seul à le réclamer. “La Commissaire aux Droits de l’Homme du Conseil de l’Europe, […] la Contrôleure générale des lieux de privation de liberté et le bureau de la Commission nationale consultative des droits de l’homme appellent à libérer tous les migrants en rétention administrative pendant la crise du COVID-19.” [7]

L’observatoire de l’enfermement des étrangers qui réunit plusieurs associations et syndicats [8] critique, au-delà de la pratique elle-même de la détention des étranger.es, l’hypocrisie de retenir des personnes en cette période dans les CRA, dans les locaux de rétention administrative (LRA) ou dans les zones d’attente (ZA) puisque leur “éloignement” est pour l’instant impossible. [9]

Au 16 Avril dernier, on comptait déjà 5 cas confirmés de Covid-19 dans le CRA de Vincennes. Pourtant le personnel pénitentiaire, qui est en contact avec l’extérieur, n’est toujours pas testé et le matériel (gel, masque, savon…) continue de manquer.

Sur le site participatif “A bas les CRA”, on apprends que ces établissements ne vont pas fermer leurs portes. Au contraire, depuis le 13 Avril des personnes y sont de nouveau enfermées : “il y a eu entre 15 et 20 nouvelles personnes enfermées à Nîmes, 17 au Mesnil-Amelot dans le courant de la semaine, puis 22 dans la nuit de samedi 18 à dimanche 19.” [5]

En réponse aux mobilisations des détenu.e.s des CRA on retrouve des mécanismes similaires de répression, d’intimidation, d’isolement et de transfert.

Au-delà de l’exception de la situation sanitaire, ces protestations dans les lieux d’enfermement (particulièrement des étrangers) doivent être perçues dans leur quotidienneté et même comme corollaire de l’enfermement.

En effet, “face aux conditions d’enfermement et aux impasses administratives auxquelles les étrangers sont confrontés, les différents mouvements de contestation portés par ces derniers peuvent être considérés comme une extension de leur mode de vie.” (O. Clochard, 2016) [11]

Comme pour toutes les facettes de nos sociétés, la pandémie du Covid-19 fonctionne comme un révélateur des discriminations, parfois criminelles, qui fondent notre système. Cette fois, c’est la nécessité d’en finir avec l’enfermement qui devient criante.

L.B., rédactrice du billet


[1] Grèce : Des nouvelles de la situation dans les prisons

https://attaque.noblogs.org/post/2020/04/18/grece-des-nouvelles-de-la-situation-dans-les-prisons/

[2] Thèbes (Grèce) : Révolte dans la prison pour femmes

https://attaque.noblogs.org/post/2020/04/11/thebes-grece-revolte-dans-la-prison-pour-femmes/ et https://athens.indymedia.org/post/1604316/

[3] New Facility in Aspropyrgos to Replace Notorious Korydallos Prison of Athens

https://greece.greekreporter.com/2020/01/14/new-facility-in-aspropyrgos-to-replace-notorious-korydallos-prison-of-athens/

[4] Centres de rétention et prisons : la France reproduit la passivité italienne

https://www.bastamag.net/Covid19-coronavirus-prisons-centres-de-retention-detenus-danger-Italie-France

[5] L’enfermement dans des conditions de merde continue ! Situation dans les CRA au 21 avril et ” y’a pas de sécurité y’a rien du tout “. Contamination, isolement et refus de soin à Vincennes

https://abaslescra.noblogs.org/

[6] Covid-19 – face aux risques de contamination, le défenseur des droits demande la fermeture des centres de rétention administrative https://www.defenseurdesdroits.fr/fr/actualites/2020/03/covid-19-face-aux-risques-de-contamination-le-defenseur-des-droits-demande-la

[7] Le conseil d’état refuse la fermeture des centres de rétention : protection au rabais pour les étrangers https://www.lacimade.org/presse/le-conseil-detat-refuse-la-fermeture-des-centres-de-retention-protection-au-rabais-pour-les-etrangers/

[8] Organisations membres de l’Observatoire de l’enfermement des étrangers : Acat-France, Avocats pour la défense des droits des étrangers (ADDE), Anafé, Comede, Droit d’urgence, Fasti, Genepi, Gisti, La Cimade, Ligue des droits de l’Homme, Mrap, Observatoire Citoyen du Cra de Palaiseau, Syndicat des avocats de France (Saf), Syndicat de la magistrature (sm).

[9] Face à la crise sanitaire, l’enfermement administratif des personnes étrangères doit immédiatement cesser. https://www.ldh-france.org/face-a-la-crise-sanitaire-lenfermement-administratif-des-personnes-etrangeres-doit-immediatement-cesser/?fbclid=IwAR2s3sI3zUIG7FiZW2BnA8zeFIKyPki8jiTEGIEwuRLAsKDv7-8KTKB7fgc

[10] Clochard Olivier, « Révoltes, protestations et « résistances du quotidien ». Des étrangers à l’épreuve de la détention », Migrations Société, 2016/2 (N° 164), p. 57-72.

URL : https://www.cairn.info/revue-migrations-societe-2016-2-page-57.htm


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.