Tous les articles par Céline Bergeon

Billet de terrain#5

Dans le cadre de la seconde année du Master Migrations Internationales, la conception et la réalisation d’un mémoire de fin d’étude constitue une attente pédagogique.
En ce sens, chaque étudiant doit effectuer un stage pratique d’une durée de 3 mois minimum, sur un sujet et un territoire préalablement défini.
Dans le contexte sanitaire inédit dans lequel nous nous trouvons, nombreux projets ont été perturbés et ont du être réajustés.


Retour sur un début « d’aventure scientifique »… d’une rencontre avec le terrain…

Billet d’actualité #2

Confinement vôtre ! Expériences de repli social et spatial en temps de covid-19

Par Noémie Goux, étudiante et Master 2 Migrations internationales – Université de Poitiers

La pandémie du Coronavirus dont nous essayons de limiter la propagation bouleverse considérablement nos sociétés.

A l’heure où la réaction mondiale face à ce contexte sanitaire inédit tend au repli national et au confinement, quels sont les changements qui s’opèrent dans notre rapport à l’autre et dans notre conception de la mobilité ?

Face à la crainte d’une étendue de l’épidémie, face à la peur pour la société, pour ses proches, pour soi, le concept de repli (social et spatial) nous met à l’épreuve de nouvelles configurations dans nos rapports à l’autre et à l’espace, produisant de nouvelles manières de concevoir l’altérité et la mobilité.

Voici des pistes de réflexion qui tendent à analyser la fragilité de nos relations à l’Autre et à l’Ailleurs ainsi que les mécanismes qui nous font considérer ces notions comme un danger potentiel.

Épreuve spatiale du confinement : quand la mobilité devient dangereuse

S’il a très vite été démontré que la propagation du Covid-19 est, entre autres, le fait de mobilités d’un nombre important d’individus, la réponse de la plupart des États a été de diminuer de manière drastique les circulations et de restreindre considérablement les mobilités de leurs citoyens.

D’après certains géographes analysant les effets du confinement, les mobilités, qui représentaient il y a quelques semaines un droit et une valeur, représentent à présent une menace[1]. Autrement dit, la valeur que la société accorde à la notion de mobilité a changé, les mobilités dites « autorisées » dans ce contexte de confinement ayant la particularité d’avoir une « fonction »[2]. Elles doivent à présent être justifiées. Aussi, comme le précise le géographe Franck Ollivon, des « distinctions sont faites entre les mobilités ». La mobilité n’est alors permise que « parce qu’elle répond à un certain nombre de fonction sociales préétablies », les sorties ne sont autorisées que pour « des motifs restreints, juridiquement définis et à justifier »[3].

Les circulations et échanges qui régissaient le monde hier se voient suspendus aujourd’hui. La perspective de déplacement est limitée, restreinte, contrainte, contrôlée.

Dans un article du Monde Diplomatique datant de 2015[4], des chercheurs faisant état de leurs études sur la mobilité et « l’éloge du mouvement » nous expliquent comment « d’une nécessité biophysique, la mobilité est devenue une caractéristique personnelle nouvelle définie par des choix rationnels en rapport avec la « réalisation de soi » ». Selon cette étude, la mobilité est devenue une notion qui « voisine avec fluidité, créativité, accessibilité pour décrire des projets où il est question de liberté, d’autonomie, d’épanouissement ou de dynamisme ». De fait, la mobilité est considérée comme une valeur sociale positive, symbole d’indépendance, de liberté et source d’accomplissement de soi.

Dans leur ouvrage collectif « Se déplacer pour se situer »[5], un groupe de chercheurs (dirigé par Sandrine Depeau et Thierry Ramadier) s’est attaché à analyser les liens entre mobilité quotidienne et identité sociale. Ainsi, ils démontrent que « se déplacer dans l’espace géographique, c’est exprimer son rapport aux autres par le trajet et le lieu de destination, par le mode utilisé, par son rapport au temps et à ceux que l’on croise lors du déplacement, etc. ». Cette étude tend à comprendre les usages du terme de mobilité que nous faisons et ce à quoi ils renvoient. Aussi, elle nous indique que si, « par exemple, la notion de mobilité tend, dans certaines de ses acceptions, à être synonyme de flexibilité, dans d’autres, elle est synonyme de liberté ou de préférence géographique. Le constat que fait cette analyse est que notre rapport à l’Ailleurs, à l’espace, est intrinsèquement lié à nos relations sociales.

Avec cette conception de la mobilité, la restriction de liberté de déplacements que nous vivons aujourd’hui soulève donc une multitude d’interrogations sur notre rapport aux autres. La notion de repli a entrainé la notion d’immobilité, qui elle-même représenterait un frein à la « réalisation de soi » et à l’interaction avec l’Autre. En ce sens même qu’il restreint considérablement la rencontre aléatoire, le repli « spatial » induit le repli « social ».

Fragilité des relations sociales : quand l’autre représente une menace potentielle

Aussi, c’est dans le rapport à l’autre que des changements de nos sociétés s’observent. Alors qu’un ensemble de précautions sont prises pour éviter que la situation sanitaire ne s’aggrave, le « confinement » et la « distanciation sociale » sont de rigueur. Ces termes illustrent bien ce qui se joue : on prend de la distance avec autrui, on s’éloigne de cet Autre par le biais duquel on se sent exister et avec lequel on se sent appartenir au groupe. Changements de rapports : l’Autre à présent devient potentiellement une menace (et vice versa, je peux représenter une menace pour l’Autre).

Très rapidement, face à l’inconnu et au danger que représente cette crise sanitaire, c’est une prise de distance radicale, un éloignement avec l’autre qui se sont joués, amenant parfois au rejet total et à la stigmatisation de celui-ci, remettant ainsi profondément en question la notion d’altérité.

La curiosité et l’attrait de l’autre ont laissé place à la crainte et au rejet. Le rapport à l’altérité, caractère de ce qui est autre, s’est modifié et renforcé (la notion d’Autre prenant une importance et une ampleur toute nouvelle).

Dans certains médias et sur certains réseaux sociaux, on a pu observer des discours animés par la peur de l’Autre, cet inconnu qui vient d’Ailleurs et qui peut représenter un danger. Bien pire encore, la volonté de certains de vouloir expliquer la cause et de trouver un « responsable » à cette crise inédite les a conduit à dénoncer certains groupes ou individus, par des propos que l’on peut qualifier de haineux, discriminants ou encore de racistes.

Ces réactions mettent en lumière une certaine fragilité de notre système relationnel, la friabilité de nos relations sociales. Cette séparation, cette différenciation avec l’autre animée par la peur, ainsi que la stigmatisation qu’elle provoque créent un regard suspicieux porté sur autrui.

Les travaux de Denise Jodelet[6] sur les mécanismes de construction de la peur et sur les formes sociales par lesquelles elle s’exprime nous interpellent sur le lien entre peur et connaissance de l’objet de notre peur. Ainsi, un des mécanismes de construction de la peur serait en rapport avec ce que nous savons de l’objet de celle-ci : plus nous savons de choses sur la nature de notre peur, plus nous arrivons à la rationnaliser. A l’inverse, plus nous sommes dans l’ignorance quant à l’objet de notre peur, plus intense celle-ci sera. Les diverses études de Denise Jodelet portent sur les conséquences de la peur au sein d’un groupe et sur les rapports sociaux qu’elle entraine. Elle fait le constat que la peur de l’autre renvoie à une peur de l’inconnu, du moins une représentation que l’on aurait de cet autre comme inconnu, et met ainsi en parallèle les formes de la peur et les dynamiques sociales qui se jouent, notamment en temps de crise. Elle met l’accent sur les représentations de l’autre qui sont faites en temps de crise, notamment par les médias, et des effets de différenciation et de stigmatisation qu’elles font naitre.

Si l’on revient au cas de pandémie et de contagion que nous vivons, on observe que ces mêmes mécanismes s’opèrent. Les représentations qui sont faites de l’autre (celui que l’on ne connait pas, ce lui qui vient d’ailleurs) entrainent sa stigmatisation. Ajoutons à cela le fait que dans ce cas précis de propagation du virus, c’est par les échanges avec l’autre que la contagion s’accentue. L’expérience de l’altérité en est totalement reconfigurée.

Dans une publication portant sur les causes et les conséquences de la stigmatisation, Marie-Joseph Bertini avance l’idée qu’une société est « un dispositif sociotechnique rationnel qui se fixe des règles et s’effraie de la possibilité de s’en écarter ». Elle explique ainsi que « toute stigmatisation nous montre, d’une part, que la norme est une attente à la fois cognitive et sociale » et « d’autre part, que le processus de stigmatisation nous permet de comprendre ce que c’est que de faire société, de réaliser que la société est performative au sens où il faut la faire, la fabriquer à chaque instant. »[7]. La différenciation et la stigmatisation jouent ainsi ce rôle d « ’opérateur de socialisation, permettant aux individus de se constituer en opposition à elle »[8].

Aussi, dans ce nouveau cadre social établi en réaction à la propagation du virus, le rejet de l’autre (celui qui enfreint les règles, celui qui fait l’expérience de la mobilité, cet autrui que je ne connais pas) semble permettre l’idée, en jeu de miroir, d’appartenance au groupe.

Si il y a quelques semaines, aider une personne dans la rue à porter ses affaires ou encore se rassembler dans l’espace public étaient des actions légitimes et valorisées positivement par la société, les changements de rapports à l’autre que la crise du coronavirus a fait émerger ont complétement changé la valeur de ces actions.

Mais alors qui incarne cet autre que l’on peut (ou doit) craindre dans ce contexte ? Si les réactions au repli et à la peur sont des changements dans notre rapport entre individus, quel est cet autre qui fait l’expérience de cette mise en altérité ?

C’est notamment dans le rapport à l’étranger, sur les représentations et les interactions qui s’opèrent, que ce contexte nous interpelle et nous invite à (re)penser le concept d’altérité, à analyser ce qui se joue actuellement.

Si le rapport à l’Autre est devenu fragile et la question de l’altérité elle-même devenue sensible, la relation à l’Etranger[9] en est tout autant délicate.

Selon le sociologue et philosophe allemand Georg Simmel, « l’étranger est un élément du groupe lui-même, tout comme le pauvre et les divers « ennemis de l’intérieur », un élément dont la position interne et l’appartenance impliquent tout à la fois l’extériorité et l’opposition »[10]. En d’autres termes, l’Etranger c’est celui qui est à l’intérieur du groupe mais à qui l’on attribue la caractéristique de ne pas en reconnaitre les codes et les logiques. Aussi, « l’étranger est cet Autre proche, qui renvoie en négatif à un Je ou à un Nous qui se construit dans la différence ». Selon Simmel, l’étranger est proche et lointain du groupe en même temps, « ses relations avec le groupe majoritaire oscillant entre proximité et distance »[11]. Le rapport à l’autre, définit comme étranger, est ainsi complexe et fragile : « Ces relations d’altérité entre l’Etranger et le groupe majoritaire seraient davantage renforcées durant des périodes de crise sociale où l’Etranger constitue souvent le bouc émissaire (…).De par sa relation d’intériorité-extériorité avec le groupe majoritaire, l’Etranger n’est jamais en dehors de tout soupçon. »[12]

Face à cette épidémie qui menace l’ensemble des êtres humains, la réaction de certains est le rejet de l’Autre, notamment celui considéré comme étranger, révélant ainsi une certaine fragilité du rapport à celui-ci. Des attitudes et propos discriminants envers des individus nous interpelle sur la différenciation et le rejet fait à l’encontre de l’étranger.

Qui pour mieux incarner cet Autre que l’Etranger lui-même, cet Autre qui vient d’Ailleurs et que l’on ne connaît (ou reconnait) pas ?

Une fois de plus, c’est l’étranger qui est montré du doigt, stigmatisé, étant qualifié par certains médias de « vecteur de propagation » du virus.

En creux, on peut penser que ce relent de stigmatisation de l’étranger comme potentielle menace nous renvoie à notre conception de notre relation avec celui-ci : si les relations sociales se révèlent fragiles, notre rapport à l’Etranger l’est d’autant plus.

Dans son analyse sur l’altérité de l’épidémie[13], Didier Fassin nous explique les mécanismes qui font que « le stigmate vient toujours s’ancrer dans le soupçon et le rejet qui pré-existent à l’épidémie ». Il fait ainsi le constat que face à la peur de la contagion, la désignation d’un « coupable », « propagateur » du virus et la différenciation avec celui-ci sont des comportements sociologiques maintes fois observés (D. Fassin s’inspire ici des travaux de Mickael Pollack[14] sur les dynamiques sociales et représentations au début de l’épidémie du virus du sida).

Il ajoute que « comme l’ont montré les historiens, toute épidémie met à l’épreuve le rapport à l’étranger, en ce qu’il incarne idéalement « l’Autre dangereux » (Clatts et Mutchler, 1989), construit comme différent — donc suspect — et venant d’ailleurs – donc menaçant ». Ainsi, de par ces caractéristiques qui lui sont assignées, l’Etranger apparait sous le « signe de la dangerosité ».

Replacé dans le contexte actuel, la figure de l’étranger est celle de l’individu qui est mobile, et de ce fait qui représente une menace par ses déplacements, qui vient d’un ailleurs que l’on ne connait pas, un ailleurs extérieur au nouveau cadre social en vigueur. Dans ce contexte inédit où chacun peut être un « danger » potentiel, l’étranger incarne donc une menace plus grande encore. Nombreux exemples de prises à partie de personnes de nationalités étrangères pourraient être cités : touristes Italiens à qui l’on refuse l’entrée en Mauritanie, jeunes subsahariens au Maroc, Chinois résidants en France, touristes européens au Sénégal, etc….

Une autre étude de Roland Pfefferkorn sur les « deux figures idéal-typiques de l’altérité » que représentent le « fou et l’immigré »[15] va dans ce sens. En cherchant à comprendre quelles sont les représentations et les relations sociales entretenues avec ces « figures tout à fait à part du groupe », R. Pfefferkorn analyse les mécanismes d’exclusion qui se jouent dans nos sociétés, exclusion qu’il compare à un enfermement symbolique. Selon lui, « l’immigré constitue une menace pour cet ordre (ici, l’ordre juridique et politique national) par le seul fait de sa présence, parce qu’elle vient de l’extérieur. ». Il en découle un « jugement moral », autrement dit un « jugement social », un regard pesant de la société. « La violence symbolique découlant de ce jugement social a pour effet d’isoler davantage encore ». Triste parallèle avec les discours stigmatisant entendus ces dernières semaines.

Nombreuses publications avaient pour cible les populations migrantes, symbolisant cet étranger mobile, cet autre à la marge, venu de l’extérieur et dont on dessine mal les contours.

Si les questions migratoires ont généré ces dernières années une multitude de représentations de l’Autre, la crise que nous traversons actuellement semble amener encore un nouveau regard sur les populations migrantes.

Or, cette place accordée et ce regard porté sur les migrants, ces « étrangers » caractérisés par leur mobilité, n’en disent-ils pas tout autant sur notre rapport les uns aux autres et sur la notion d’altérité dans nos sociétés ?

Cette fragilité de la relation à l’Autre dans un contexte de crise ne serait-elle la preuve d’une fragilité latente de notre relation à « l’étranger » et, en creux, d’un rapport social inégalitaire ?

Conclusion

« Depuis toujours, mais encore plus aujourd’hui, réinventer l’accueil de celui qui nous semble si étranger est devenu une nécessité, d’autant que l’autre dérange nos certitudes, il peut même parfois ébranler notre sentiment – imaginaire – de cohésion ou d’unité. Aussi, la présence et l’accueil de l’étranger aujourd’hui au regard des bouleversements internationaux nécessitent une nouvelle façon de penser, une véritable pensée de l’altérité. »[16]

 Re-penser le rapport à l’Autre et questionner sans cesse la notion d’altérité semble crucial dans nos sociétés dont les valeurs sont l’égalité et la liberté, et où la place donnée aux populations migrantes et à celui que l’on nomme l’étranger ne semblent pas encore bien définies.


« Un jour viendra où les masques pourront tomber, les frontières réouvriront et les connexions pourront reprendre – espérons-le plus fortes que jamais. Plein d’amour et prenez-soin de vous »
© The Rebel Bear (Glascow, Ecosse, Royaume-Uni)

[1] Conférence « Les espaces du confinement », Les débats du FIG #1, avec Martine Tabeaud, Franck Ollivon, Michel Lussault, Olivier Clochard et modéré par Thibaud Sardier. Jeudi 16 avril 2020, https://www.youtube.com/watch?v=qIs21TzbTKA

[2] Intervention de Michel Lussault, ibid.

[3] Intervention de Franck Ollivon, ibid.

[4] Le Monde Diplomatique, Simon Borja, Guillaume Courty & Thierry Ramadier, « Prisonniers de la mobilité », janvier 2015, page 3, https://www.monde-diplomatique.fr/2015/01/BORJA/51970

[5] DEPEAU, Sandrine (dir.) ; RAMADIER, Thierry (dir.). Se déplacer pour se situer. Nouvelle édition [en ligne]. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2011 (généré le 05 mai 2020). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/pur/34413>. ISBN : 9782753536746. DOI : https://doi.org/10.4000/books.pur.34413.

[6] Jodelet Denise, « Dynamiques sociales et formes de la peur », Nouvelle revue de psychosociologie, 2011/2 (n° 12), p. 239-256. DOI : 10.3917/nrp.012.0239. URL : https://www.cairn.info/revue-nouvelle-revue-de-psychosociologie-2011-2-page-239.htm

[7] Bertini Marie-Joseph, « Usages épistémiques et sociaux de la stigmatisation. Pour une approche philosophique du concept de stigmatisation », L’information psychiatrique, 2007/8 (Volume 83), p. 663-665. DOI : 10.3917/inpsy.8308.0663. URL : https://www.cairn.info/revue-l-information-psychiatrique-2007-8-page-663.htm

[8] Ibid.

[9] Pour reprendre les termes d’Alexander Frame : « Le terme d’« étranger » est défini ici de manière très large, mais en rapport à l’altérité face à un groupe social d’appartenance. Nous entendons donc par « étranger » toute personne considérée, dans une interaction, comme appartenant à un autre groupe national ou ethnique, quel que soit son état civil. Ainsi, le terme d’étranger recouvre, pour ce chapitre, à la fois l’habitant d’un autre pays, le touriste en voyage à l’étranger, le migrant… », Alexander Frame. Penser l’altérité : de l’expérience sensible à la figure sensible de l’étranger. Jean-Jacques Boutaud. Sensible En Communication: Du Cognitif Au Symbolique, ISTE Editions, pp.73-89, 2016. hal-01429803

[10] Simmel, G. (1908). Digressions sur l’étranger. In Y. Grafmeyer & I. Joseph, L’École de Chicago.

Naissance de l’écologie urbaine. (pp. 53–60).

[11] Montgomery, Catherine. « L’étranger dans la cité : les travaux de Georg Simmel et de l’École de Chicago revisités à la lumière de l’immigration maghrébine dans l’espace montréalais (note de recherche). » Anthropologie et Sociétés, volume 41, numéro 3, 2017, p. 87–105. https://doi.org/10.7202/1043043ar

[12] Ibid.

[13] Fassin Didier, Costa-Lascoux Jacqueline, Hily Marie-Antoinette. L’altérité de l’épidémie. Les politiques du sida à l’épreuve de l’immigration. In: Revue européenne des migrations internationales, vol. 17, n°2,2001. Débats contemporains, sous la direction de Jacqueline Costa-Lascoux et Marie-Antoinette Hily. pp. 139-151.

[14]Pollak, M. (1992). Attitudes, croyances et opinions. Sociologie actuelle , 40 (3), 24–35. https://doi.org/10.1177/001139292040003007

[15] Roland Pfefferkorn. Figures de l’altérité : Le fou et l’immigré. Revue des sciences sociales de la France de l’Est, 1994, Figures de l’altérité, pp.154-161.

[16] Conrath Patrick, Ouazzani Maria, « La culture de l’autre, c’est forcément aussi la mienne », Le Journal des psychologues, 2020/3 (n° 375), p. 3-3. DOI : 10.3917/jdp.375.0003. URL : https://www.cairn.info/revue-le-journal-des-psychologues-2020-3-page-3.htm

Billet d’actualité #1

Par L.B., étudiante en Master 1 Migrations internationales

« Malgré les promesses de décongestionnement des prisons à cause de la pandémie de coronavirus, rien n’a encore été fait. Les hôpitaux n’acceptent pas les détenu.e.s des prisons, il n’y a pas de médecin à la taule de Thèbes. Les groupes vulnérables auraient dû être libérés. Nous sommes emprisonnées. Nous n’avons pas été condamnées à mort »

(Citation de Pola Roupa, https://athens.indymedia.org/, 09/04/2020)

De nombreux actes de résistances ont lieu dans les prisons grecques, passant de l’incendie, à la manifestation sonore jusqu’à la grève de la faim.

Et de nouveaux actes sont à prévoir, comme dans la prison de Domokos où les prisonnier.es annonçaient “une grève du travail et de la gamelle” [1] à partir du 22 Avril.

Les détenu.e.s s’organisent pour réclamer le désengorgement des prisons et la libération des plus âgé.es ou plus fragiles. Ces revendications ne datent pas d’hier, mais elles sont pronées encore plus fort et plus légitimement par les détenu.e.s au vu du contexte sanitaire actuel.

Les prisons s’embrasent face au mort.es qu’elles comptent déjà.

Dans la prison pour femmes d’Eleonas [à Thèbes], les détenues se sont révoltées le 9 avril, après la mort de la prisonnière Azize Deniroglu, la seconde en 2 mois.[2]

A la prison de Malandrino, de Thèbes, de Domokos, de Korydallos (qui doit être démantelée et remplacée [3]) des témoignages de détenu.e.s s’échappent pour nous raconter la résistance qui s’y trouve.

La réponse des autorités : réprimer.

Les forces spéciales et les matons font des descentes dans les cellules de prisonnier.es, des perquisitions, des passages à tabac de la part des MAT (forces anti-émeutes).

De la même façon qu’avant la pandémie, réprimer c’est aussi séparer les détenu.e.s en les transférant dans d’autres prisons.

Lorsqu’on parle des détenu.e.s dans les prisons grecques il ne faut pas oublier qu’on parle également de personnes d’origines étrangères.

Le rapport sur la population carcérale en Europe publié en avril 2019 et réalisé pour le Conseil de l’Europe par l’École des sciences criminelles de Lausanne estime que 52,7% de la population carcérale était de nationalité étrangère en Grèce comme on peut le voir sur le graphique suivant.

Si l’on élargit notre point de vue, on retrouve les mêmes actes de résistances dans les prisons mais aussi dans les centres de rétention administrative (CRA) de personnes étrangères (qui ne relèvent pas de l’administration pénitentiaire) en Italie ou en France [4].

Dans les CRA français, les détenu.e.s s’organisent, mènent des grèves de la faim, occupent la cour extérieure. [5]

Ces actes s’ajoutent à la longue liste d’actes de résistance qui ont eu lieu dans les CRA depuis leur création (1981) mais tout comme dans les prisons grecques ils s’amplifient dans le contexte de crise sanitaire qui touche particulièrement les lieux d’enfermement.

De l’autre côté des barreaux, les voix des associations, des élu.e.s s’élèvent pour la fermeture des CRA.

Le 19 mars dernier, le défenseur des droits avait déjà demandé au ministre de l’Intérieur de fermer les centres de rétention administrative pour limiter la diffusion du virus [6], requête qui fut refusée par le Conseil d’Etat le 27 mars.

Pourtant il n’était pas le seul à le réclamer. “La Commissaire aux Droits de l’Homme du Conseil de l’Europe, […] la Contrôleure générale des lieux de privation de liberté et le bureau de la Commission nationale consultative des droits de l’homme appellent à libérer tous les migrants en rétention administrative pendant la crise du COVID-19.” [7]

L’observatoire de l’enfermement des étrangers qui réunit plusieurs associations et syndicats [8] critique, au-delà de la pratique elle-même de la détention des étranger.es, l’hypocrisie de retenir des personnes en cette période dans les CRA, dans les locaux de rétention administrative (LRA) ou dans les zones d’attente (ZA) puisque leur “éloignement” est pour l’instant impossible. [9]

Au 16 Avril dernier, on comptait déjà 5 cas confirmés de Covid-19 dans le CRA de Vincennes. Pourtant le personnel pénitentiaire, qui est en contact avec l’extérieur, n’est toujours pas testé et le matériel (gel, masque, savon…) continue de manquer.

Sur le site participatif “A bas les CRA”, on apprends que ces établissements ne vont pas fermer leurs portes. Au contraire, depuis le 13 Avril des personnes y sont de nouveau enfermées : “il y a eu entre 15 et 20 nouvelles personnes enfermées à Nîmes, 17 au Mesnil-Amelot dans le courant de la semaine, puis 22 dans la nuit de samedi 18 à dimanche 19.” [5]

En réponse aux mobilisations des détenu.e.s des CRA on retrouve des mécanismes similaires de répression, d’intimidation, d’isolement et de transfert.

Au-delà de l’exception de la situation sanitaire, ces protestations dans les lieux d’enfermement (particulièrement des étrangers) doivent être perçues dans leur quotidienneté et même comme corollaire de l’enfermement.

En effet, “face aux conditions d’enfermement et aux impasses administratives auxquelles les étrangers sont confrontés, les différents mouvements de contestation portés par ces derniers peuvent être considérés comme une extension de leur mode de vie.” (O. Clochard, 2016) [11]

Comme pour toutes les facettes de nos sociétés, la pandémie du Covid-19 fonctionne comme un révélateur des discriminations, parfois criminelles, qui fondent notre système. Cette fois, c’est la nécessité d’en finir avec l’enfermement qui devient criante.

L.B., rédactrice du billet


[1] Grèce : Des nouvelles de la situation dans les prisons

https://attaque.noblogs.org/post/2020/04/18/grece-des-nouvelles-de-la-situation-dans-les-prisons/

[2] Thèbes (Grèce) : Révolte dans la prison pour femmes

https://attaque.noblogs.org/post/2020/04/11/thebes-grece-revolte-dans-la-prison-pour-femmes/ et https://athens.indymedia.org/post/1604316/

[3] New Facility in Aspropyrgos to Replace Notorious Korydallos Prison of Athens

https://greece.greekreporter.com/2020/01/14/new-facility-in-aspropyrgos-to-replace-notorious-korydallos-prison-of-athens/

[4] Centres de rétention et prisons : la France reproduit la passivité italienne

https://www.bastamag.net/Covid19-coronavirus-prisons-centres-de-retention-detenus-danger-Italie-France

[5] L’enfermement dans des conditions de merde continue ! Situation dans les CRA au 21 avril et ” y’a pas de sécurité y’a rien du tout “. Contamination, isolement et refus de soin à Vincennes

https://abaslescra.noblogs.org/

[6] Covid-19 – face aux risques de contamination, le défenseur des droits demande la fermeture des centres de rétention administrative https://www.defenseurdesdroits.fr/fr/actualites/2020/03/covid-19-face-aux-risques-de-contamination-le-defenseur-des-droits-demande-la

[7] Le conseil d’état refuse la fermeture des centres de rétention : protection au rabais pour les étrangers https://www.lacimade.org/presse/le-conseil-detat-refuse-la-fermeture-des-centres-de-retention-protection-au-rabais-pour-les-etrangers/

[8] Organisations membres de l’Observatoire de l’enfermement des étrangers : Acat-France, Avocats pour la défense des droits des étrangers (ADDE), Anafé, Comede, Droit d’urgence, Fasti, Genepi, Gisti, La Cimade, Ligue des droits de l’Homme, Mrap, Observatoire Citoyen du Cra de Palaiseau, Syndicat des avocats de France (Saf), Syndicat de la magistrature (sm).

[9] Face à la crise sanitaire, l’enfermement administratif des personnes étrangères doit immédiatement cesser. https://www.ldh-france.org/face-a-la-crise-sanitaire-lenfermement-administratif-des-personnes-etrangeres-doit-immediatement-cesser/?fbclid=IwAR2s3sI3zUIG7FiZW2BnA8zeFIKyPki8jiTEGIEwuRLAsKDv7-8KTKB7fgc

[10] Clochard Olivier, « Révoltes, protestations et « résistances du quotidien ». Des étrangers à l’épreuve de la détention », Migrations Société, 2016/2 (N° 164), p. 57-72.

URL : https://www.cairn.info/revue-migrations-societe-2016-2-page-57.htm

Billet de terrain #4

Le camp de Nea Kavala en Grèce

Par Louis Fernier

Étudiant en Master 2 Migrations internationales (Migrinter/Université de Poitiers), il prépare un mémoire sur les acteurs et les implications environnementales dans les camps de réfugiés et réalise actuellement un stage au sein de l’ONG « We Are Here » (http://weareherecentre.org/neakavala/)  en Grèce.

****

Dans l’Union européenne, certains camps pour personnes étrangères sont dits « ouverts » : les habitants sont libres d’y rester ou non, en attendant une réponse à leur demande d’asile – dans les faits, ils n’ont pas vraiment le droit ni les moyens de s’installer ailleurs.

En Grèce continentale, le camp de Nea Kavala fait partie de ce type de dispositif. Nous sommes à 56 kilomètres de la ville de Thessalonique, et à vingt kilomètres de la frontière avec la Macédoine. Polykastro, la ville la plus proche du camp, est à cinq kilomètres.

La localisation du camp de Nea Kavala (41.001385, 22.627700 – Google Maps)

Le 28 février 2016, la création de ce camp intervient dans un contexte de fermetures des frontières dans les Balkans, et du besoin de répartir les habitants du camp d’Idomeni. 3520 personnes sont alors transférées vers des tentes disposées sur le tarmac de l’aéroport militaire « Asimakopoulou »[1], pour une capacité d’accueil estimée à 2500 personnes. Sur le bitume, les personnes sont exposées aux vents et aux températures parfois extrêmes. Elles attendront le mois de novembre pour que des containers soient mis en place.

Quatre ans plus tard, le camp est toujours là. L’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) considère Nea Kavala comme une « installation d’accueil de long terme » ; et y transfère notamment des réfugiés depuis le camp de Moria à Lesbos[2].

Les habitants ont eu le temps de réaliser des « travaux d’agrandissement » sur certains containers (© Louis Fernier)

La vie s’est organisée à la marge de la société grecque. Des personnes migrantes sont isolées, bloquées dans un lieu initialement prévu pour que des avions décollent et atterrissent. Sur le tarmac, les préfabriqués ont été installés « de façon à contenir les effets des rafales de vent » ; les personnes « accueillies » partagent des sanitaires extérieurs l’été comme l’hiver, et une unique source d’eau potable située à l’entrée du camp. Si elles le souhaitent, elles sont toutefois libres de marcher 5 KM le long d’une voie rapide pour atteindre la première pharmacie. Sur place, nos observations nous ont permis de réaliser la carte ci-après :

Croquis du camps de Nea Kavala – © Louis Fernier pour We Are Here

Ce croquis illustre comment la vie prend forme dans un tel environnement. Les ressources et acteurs clés se situent presque exclusivement à l’entrée, dans le nord du camp.  

L’Etat grec a délégué la majeure partie des tâches de coordination au Danish Refugee Council. Les ministères de l’éducation et de la santé restent toutefois censés accomplir leurs missions respectives. Hélas, la majorité des enfants ne sont scolarisés que la moitié de la semaine, et le médecin du camp n’est présent que 15 heures par semaine. Deux associations non-gouvernementales, « Drop in the Ocean » et We Are Here », sont présentes au quotidien pour soutenir les personnes encampées. C’est au sein de We Are Here que nous effectuons une enquête de terrain depuis deux mois. Composée uniquement de bénévoles, cette association gère un espace social, organise des cours d’Anglais et de musique, et des activités pour les plus jeunes. Elle tient aussi un centre d’informations et un espace réservé aux femmes. Au quotidien, elle s’active dans un univers interculturel, comme le montre la diversité des nationalités présentes depuis 2016, et la nécessité de s’adapter en continue.

Être bénévole à We Are Here, c’est aussi travailler dans un milieu en perpétuel mouvement : la population connait des fluctuations parfois très soudaines.  

Sources : OIM[3], du HCR[4] et du ministère grec de la politique migratoire[5], et observations de terrain/échanges informels avec les acteurs locaux

Si la population n’a plus dépassé la capacité du camp depuis sa création, elle a connu certains pics – à la fin de l’été 2019 notamment. Les conditions de vie paraissaient alors peu dignes pour un « site d’accueil de long terme ». Une personne réfugiée témoignait le 02 septembre 2019 :

“Nea Kavala Camp is one of hell’s chosen spots in Greece. And to think that this government sees it as a suitable place for vulnerable refugees shows to me how much it must hate us. Nobody should be expected to stay there.”

Depuis le 12 mars 2020, les mesures de protection face au Covid-19 ont entraîné l’arrêt des activités de We Are Here ; cependant, nous sommes toujours en observation depuis le village voisin, en contact avec les habitants du camp. Et la crise sanitaire n’a pas freiné les travaux d’aménagement de Nea Kavala, en prévision de l’accueil de 1000 personnes transférées depuis l’île de Lesbos.

Ci-contre, une photo prise le 17 mars par un habitant du camp : six grandes tentes de type « rub-hall » ont été installées dans la zone « nouvelles arrivées » visibles sur la carte.

A l’intérieur de ces tentes, les familles sont aujourd’hui réparties par petites salles. Un habitant nous rapporte que « l’on y entend les voisins, c’est très serré. Il y a une table, quatre chaises et quatre lits pour toute une famille ».

 L’intérieur d’un « rub-hall »(Photo : contact local)

Nea Kavala compte 372 arrivées depuis la fin du mois de février, dans le contexte actuel de pandémie mondiale. Le Danish Refugee Council estime que 700 nouvelles personnes arriveront encore d’ici l’été. Les locaux de We Are Here et de Drop in the Ocean ont été demandés pour organiser de potentielles mises en quarantaine. En attendant d’y retourner, nous espérons que le virus épargnera le camp ; et que l’ennui, l’isolement et les conditions d’accueil ainsi décrites n’entraineront pas de tensions. Nous retenons notre souffle.

[1] Refugee Support Aegan – Reception crisis in Northern Greece: Three years of emergency solutions https://rsaegean.org/en/nea-kavala-camp/#post-5374-endnote-1

[2] France 24 – Dans le nord de la Grèce, un camp de migrants « pire » que Lesbos (04/09/2019) https://www.france24.com/fr/20190904-grece-camp-migrants-nea-kevala-lesbos et RTL – Grèce : les migrants de Lesbos désemparés dans leur nouveau camp https://5minutes.rtl.lu/actu/monde/a/1398610.html

[3] OIM – fiches sur les camps de « long terme » sur le territoire grec en 2019 https://greece.iom.int/en/sms-factsheets

[4] HCR – site profiles March 2016 https://drive.google.com/open?id=1tSKvbO_WGzL1cRnmgVDmWPoGLoPlbz3C et January 2017 https://drive.google.com/open?id=1NBwMwqllCDdDJYZXtiIqRqq4XP2n_H_y

[5] Nea Kavala Weekly Infographic report – January 2019 https://drive.google.com/open?id=1kVgmj0R-mccPhYSov0ZWPMERHzyj7Pkn et November 2019 https://drive.google.com/file/d/1QGS9iOPQwJ6u4Le-pzFfwlqynwQXUaPt/view?usp=sharing

Billet de terrain #3

Le marché des Couronneries de Poitiers, un carrefour interculturel : entre multiculturalité et échanges

Par Noémie Goux, Flora Penot et Daphné Velay

Étudiantes en Master 2 Migrations internationales (Migrinter/Université de Poitiers). Dans le cadre de leur formation en Méthodes et outils d’analyse de l’espace et des sociétés, elles nous livrent une observation d’un quartier multiculturel de Poitiers.

****

Le quartier des Couronneries, souvent désigné comme le plus “cosmopolite” de Poitiers, concentre environ 10 000 habitants. Classé comme quartier prioritaire, il se situe au nord-est du Clain, à la limite de la commune de Buxerolles

Le plus grand marché du département de la Vienne, se tient deux fois par semaine, le mercredi (de taille  réduite) et le dimanche. C’est un haut-lieu de la vie sociale où se rencontrent habitants du quartier mais aussi autres pictaves et résidents des communes alentours. Les commerçants ambulants qui viennent déballer au marché des Couronneries représentent une dynamique commerciale qui s’ajoute aux commerces “fixes” du quartier (U Express, bureau de tabac, opticien, boulangeries, bouchers…).

Est-ce que ce marché, emblématique pour sa diversité culturelle, favorise pour autant la rencontre et l’échange interculturel ? Comment cela s’observe-t-il ? De plus, il y a-t-il un rapport entre l’utilisation et l’appropriation de l’espace et les comportements des usagers entre eux ? C’est en développant cette méthodologie d’enquête par l’observation que nous avons tenté de répondre à ces questionnements

Diversité de produits et d’étals

Le marché présente une multiplicité et une très grande variété de stands : brocanteurs, primeurs, boulangers-pâtissiers, fromagers, poissonniers, fleuristes, bouchers et/ou traiteurs et de nombreux petits stands de nourriture, informels et artisanaux : böreks turcs (une dizaine) mais aussi empanadas, cuisine sénégalaise, asiatique, turque, russe, indienne, marocaine ou encore antillaise (accras de morue). Certains stands se sont adaptés à la religion de leurs clients potentiels : c’est le cas d’un stand de gros, proposant des friandises à prix cassé, qui spécifie “sans porc” sur un écriteau. Des stands de producteurs locaux (jus de pomme, miel, saucissons…) côtoient également des vendeurs de vêtements (djellabas et t-shirts de hard-rock peuvent être proposés sur un même stand!), de chaussures, de matelas, de tapis orientaux, de tissus africains, de bibelots (bijoux, montres…), de shampoings, produits ou autres soins pour les cheveux (frisés, crépus, colorés…).

Diversité des publics

Une multitude de publics se rend au marché : une population très hétérogène, composée de familles de toutes origines, et de personnes âgées (plutôt le mercredi). Le dimanche est marqué par une fréquentation plus forte que celle du mercredi et une diversité des publics beaucoup plus importante : enfants, adolescents, adultes, seniors, aussi bien en famille, en couple, en groupes ou se déplaçant seul.

Intergénérationnel, le marché est aussi bien fréquenté par des hommes que des femmes, même si certains lieux sont plus fréquentés par les uns que les autres. C’est le cas des terrasses des magasins fixes, “en dur”, à côté des stands ambulants du marché. Les terrasses des cafés situées sous les arcades après le Super U, sont quasiment entièrement occupées par une population  masculine et arabe, surtout autour de 11h. Il en résulte un joyeux brouhaha dans les vapeurs de cigarette, et l’impression de se retrouver dans un pays du Maghreb !

Diversité culturelle

Une grande diversité culturelle et linguistique se retrouvent sur le marché (espagnol, arabe, dialectes….) et animent le lieu. De nombreux commerçants d’origine étrangère, certains ne parlant pas du tout le français, vendent des produits liés au commerce ethnique : accessoires, aliments importés de l’étranger… Certains stands semblent également être des affaires familiales : « si vous avez besoin d’épices c’est juste à côté chez le papa ». Le stand des pâtisseries marocaines est tenu par une mère et sa fille, la première s’occupant de la préparation traditionnelle et la seconde de la vente. C’est également le cas pour le stand de börek turcs d’Omer. Ce monsieur et sa femme tiennent ensemble le stand le mercredi tandis que le dimanche, avec la grosse affluence de clients, des jeunes femmes viennent leur prêter main forte. Le marché semble mélanger des catégories socio-professionnelles très diverses, de différents “milieux sociaux”, ce qui se reflète dans la diversité de l’offre commerciale et des tarifs pratiqués.

Rapport entre espaces et pratiques

Si la plupart des commerçants se cantonnent à leur étal et espace de vente, certains d’entre eux s’approprient l’espace d’une autre manière : installation de terrasses éphémères, présence devant le stand, et non uniquement derrière. Cela influence considérablement l’utilisation et le rapport à l’espace : une terrasse favorise des séjours longs, un vendeur mobile dans les allées incite davantage le client à la rencontre et au dialogue… D’une manière plus générale, la proximité joue un rôle essentiel dans le rapport entre usagers.

Certaines allées, assez étroites, incitent à l’interpellation des vendeurs envers leurs potentiels acheteurs. L’espace exigu oblige des personnes à se croiser, se frôler et ainsi, à entrer directement en contact. A l’inverse, l’allée centrale, bien plus aérée et dotée de blocs de bétons, favorise un temps de séjour plus long par rapport à certaines allées. Les blocs de béton font office de bancs ou se “transforment” en mobilier urbain permettant de déguster un plat ou une boisson. La distance physique liée à l’agencement de l’espace peut être considérée aussi bien comme un atout – distance étroite entraînant la proximité et l’échange – ou un obstacle, freinant par exemple la fluidité de la circulation.

Interactions

Nous avons autant observé des formes d’engagement minimal entre anonymes (vendeurs interpellant des acheteurs, négociations, échanges entre inconnus devant un stand…) que des formes d’engagement social (retrouvailles amicales, accolades, salutations diverses, séjours groupés en terrasse ou devant un stand, rires, échanges dans une langue commune, discussions animées, groupes jouant de la musique…). En effet, le langage corporel est riche un jour de marché aux Couronneries et il est aisé d’observer la richesse et la diversité des échanges : salutations (poignées de mains, bises, gestes de la main), accolades, contacts physiques (bras dessus-bras dessous, mains posées sur l’épaule pendant la discussion), sourires…

L’analyse de ces interactions rend compte des multiples échanges sociaux qui constituent ce marché. Les captations sonores enregistrées sur le marché ajoutent une approche sensible à notre enquête, isolant des scènes d’échanges et faisant état, entre autres, de ces interactions entre individus

Cet exercice d’observation, nous a permis de questionner la diversité culturelle de cet espace public, en essayant de mettre en lumière ses différentes manifestations.

Photographies du billet : © Noémie Goux, Flora Penot, Daphné Velay

Billet de terrain #2

Du vécu des dernières mobilisations françaises à celles sur la rive opposée de la méditerranée…

Par Léna Haziza

Étudiante en master 2 Migrations internationales (Migrinter/Université de Poitiers), elle réalise actuellement un mémoire sur les femmes algériennes et les réseaux familiaux transnationaux


Une nouvelle ambiance…

Il y a l’Algérie que l’on enseigne au lycée, que l’on peut lire à travers plusieurs auteur.trice.s, mais partir sur le terrain permet réellement de déconstruire et reconstruire ce que l’on pensait savoir. Alger, a bien des images mais est moins connu pour sa tendance anti-impérialiste, son accueil de quelques membres des Black Panthers… son côté révolutionnaire. J’ai pu découvrir, approfondir et vivre l’ambiance d’Alger – bien particulière avec le mouvement du hirak – surnommé « la Mecque des révolutionnaires ».

C’est en descendant la rue Didouche Mourad, une des artères principales du centre-ville que l’on peut sentir l’ambiance du jour : des mobilisations sont-elles prévues ou pressenties ?

Le nombre de camions de CNS (CRS) alignés le long de la route en est un marqueur. Le vendredi, une des journées de mobilisation de la semaine, les chants éloquents des manifestant.e.s sont perceptibles jusqu’aux fenêtres de mon immeuble situé à environ 2kms de la place principale. Plusieurs cortèges avec différentes ambiances (le carré ouvrier, le carré féministe, d’autres sans étiquettes, etc.) descendent des hauteurs de la ville, remontent les avenues, jusqu’à se retrouver place de la Grande Poste. Ils occupent la rue et la route, les voitures ne passent pas, font demi-tour, et pour un piéton, se déplacer à contresens de la foule est compliqué.

Manifestante rue Didouche Mourad, Alger, quelques minutes avant qu’elle ne se rende au milieu de la route – Samedi 7 mars 2020 © Léna Haziza

Il y a aussi des manifestations imprévues ou à la dernière minute. Notamment un samedi : la route n’est pas bloquée, les voitures circulent alors à moindre vitesse et les manifestant.e.s occupent les trottoirs sans défiler, se font face et lancent des slogans, se répondant parfois ou chantant à l’unisson. Les CNS et les policiers alignés font face aux manifestant.e.s pour les contenir, seulement par leur présence, rare est leur besoin de s’imposer de façon plus marquée (pour rappel, un des mots d’ordre du mouvement est « Silmiya », pacifisme). Deux femmes âgées, au milieu de la route entre les quelques voitures, brandissent des drapeaux de l’Algérie en scandant des slogans, parfois repris par quelques-un.e.s du cortège.

Une mobilisation a également eu lieu pour la journée internationale du droit des femmes, le 8 mars. C’est un mélange entre des slogans féministes et du hirak : « pas de tutelle, ni pour moi, ni pour mon pays» (photo 2). La circulation n’est pas bloquée, des femmes s’efforcent de rediriger la foule sur la route, malgré les voitures afin qu’elle ne reste pas confinée sur les trottoirs, à la marge. Une façon d’occuper l’espace – tout l’espace – de le prendre et de se rendre visible, elles et les revendications.

Cortège du 8 mars 2020, Avenue pasteur et place de la Grande Poste, Alger © Léna Haziza

Voilà l’ambiance presque quotidienne qui m’a sauté aux yeux, Alger semble en pleine ébullition.

…Différentes lectures

Si les manifestations semblent fédérer des personnes aux profils et opinions bien différentes, idée étayée par la plupart des articles, c’est sans compter sur les discussions avec des algérois.e.s qui montrent des avis divergents. Une retraitée insiste sur le fait qu’à ses yeux « le vendredi c’est sacré », alors qu’une jeune fille me dit qu’elle s’est détournée du mouvement car elle considère qu’il y a un manque d’organisation et que cela « ne mène à rien ». Pour un jeune, le mouvement du hirak n’est pas présenté dans sa globalité depuis l’étranger. Par exemple, il aurait mené à la chute de plusieurs oligarques liés à des affaires de corruption. A ses yeux, ce fait pourrait avoir été volontairement occulté puisqu’il pourrait encourager les multiples mouvements sociaux dans d’autres pays, notamment en France.

Les différentes opinions entendues démontrent l’importance du terrain et la diversification des sources.

Les réactions des personnes qui m’apparaissaient comme singulières sont aussi à replacer dans le contexte de la société algérienne. Lors de la mobilisation du 8 mars, je souhaitais terminer la marche alors que la dame qui m’accompagnait a voulu l’écourter, notamment lorsqu’elle a entendu des sirènes retentir. J’ai eu beau proposer de la rejoindre plus tard, nous sommes parties toutes les deux avant la fin. On m’a expliqué quelques jours plus tard que cette dame, militante féministe de longue date, avait vécu les manifestations des années 1990 où des attentats ont parfois eu lieu, sa réaction était peut-être à replacer dans son expérience personnelle des mobilisations. Ainsi, c’est d’abord dans les cafés avec les algérien.ne.s qui ont toujours vécu.e.s là, par d’autres prismes de pensées, que j’en ai appris davantage et différemment sur ce pays. Si l’on connait l’importance de déconstruire chaque situation et de la replacer dans un temps long, le vivre est toujours plus saisissant.

Début du cortège réduit par les appels à rester chez soi à cause du Coronavirus, rue Hassiba Ben Bouali, Alger – 13 mars 2020 © Léna Haziza

Billet de terrain

Déambulations à Athènes
par Laura Bouillette, étudiante en Master 2 Migrations internationales
31/03/2020

Athènes est une ville paradoxale. Des bâtiments délabrés entourent l’architecture représentative du long et riche passé de la capitale grecque. Le contraste entre les bâtiments grandioses et ceux abandonnés en ruines est saisissant. La précarité extrême qui occupe les rues de la capitale grecque est devenue un élément du paysage à part entière.

Olympeion. © Laura Bouillette, 2020

La géographie de la ville participe à son ambiance particulière. Mes déambulations m’ont conduite à fréquenter quatre quartiers, aux atmosphères complétement différentes et cela seulement à quelques minutes de marche les uns et des autres.

Plaka, quartier touristique constitué de petites ruelles aux habitations de couleurs vives qui abrite la plus grande attraction de la ville : l’Acropole. C’est ici que j’ai rencontré Peter, réfugié sans-abri sud-africain en Grèce depuis 5 ans. Il rêve de réaliser une thèse en philosophie sur les bienfaits de la création d’une société unique. Cet ancien professeur d’économie, vend aujourd’hui des bracelets aux touristes pour pouvoir survivre. Bâtiment en ruine.

Bâtiment en ruine. © Laura Bouillette, 2020

Monastiraki, autre quartier touristique où la population migrante et/ou sans-abris est plus visible qu’à Plaka. La présence de vendeurs en tout genre sur la place principale mais aussi celle de la police en grand nombre ainsi que des micro-territoires appropriés par des sans-abris en plein milieu de l’activité touristique (par exemple sous les arches des bâtiments se trouvent des grandes enseignes) rendent ce quartier surprenant et fascinant à explorer. En effet, chaque rue possède une aura bien à elle.

Habitat de fortune dans le quartier de Monastiraki. © Laura Bouillette, 2020

Omonia, le cœur de la ville. Ce quartier m’a été fortement déconseillé, de nombreux Grecs m’ont recommandé de ne pas y aller seule. Je m’y suis tout de même rendue pour me faire ma propre opinion. La place principale du quartier (une des grandes places de la ville) est occupée la journée par des groupes d’hommes de nationalités diverses s’adonnant pour certains, à des activités illicites (trafic de drogues, prostitution, etc.) tout en consommant d’importantes quantités d’alcool. Ma présence en tant que jeune femme a été très vite repérée, une des personnes du groupe qui m’approcha m’a reconnu de mon bénévolat avec l’association Ithaca Laundry et m’a offert un bracelet (habituellement vendus aux touristes dans les quartiers cités précédemment) et me dit de faire demi-tour mais qu’on pourra discuter lors des heures d’activité de l’association mais que je ne pouvais pas rester ici.

Et enfin plus au nord, Exarchaïa, le quartier révolutionnaire où de nombreux squats ont été ouverts ces dernières années pour lutter contre le sans-abrisme qui gangrène la ville. C’est là que tous les acteurs travaillant avec les réfugiés que j’ai rencontré m’ont donné rendez-vous. Au coin de deux rues où de nombreuses affiches dénonçant les pratiques du gouvernement et prônant le vivre ensemble se trouve de nombreux cafés/bars tous très fréquentés où se retrouvent les personnes aidant les migrants à s’installer dans la ville pour discuter et mettre en place les actions à venir.

L’élément commun à l’ensemble de la capitale grecque autre que le street-art qui recouvre une grande partie de l’architecture athénienne : sa faune. Pigeons et chats errants cohabitent dans les rues et bâtiments vacants de la ville. Locaux comme touristes les nourrissent dans des petits récipients disséminés à travers la ville.

La crise sanitaire qui touche actuellement le monde ne m’a pas permise d’approfondir plus longuement mon terrain. Mon envie d’y retourner pour continuer mon apprentissage d’Athènes et de ses codes croît un peu plus chaque jour.

Les chats s’approprient les espaces vacants. ©Laura Bouillette, 2020.

Elles.ils ont intégré le Master Migrations internationales cette année

Je m’appelle Alissa Swenson. Je suis de nationalité américaine et lettone, mais je suis en France depuis 4 ans entre la Martinique et la métropole. Dans mon temps libre, on peut me retrouver aux écuries, sur un tapis de yoga, ou devant un chevalet !

Trois mots pour te caractériser ?
Volontaire, dynamique, et souriante 

Ta formation depuis le Bac  ?

J’ai un Bachelors of Arts en littérature francophone et en études africaines de l’Université de Wisconsin aux Etats-Unis. Cette formation très dynamique m’a vraiment appris à penser de manière critique sur le monde. J’ai aussi eu le privilège d’approfondir mes compétences linguistiques en français et swahili, renforcées grâce à des séjours à l’étranger en France et au Kenya.

Pourquoi t’être inscrit.e dans le master migration ?

Je cherchais depuis longtemps une formation axée sur les migrations. Cet intérêt est d’abord lié à ma propre histoire migratoire mais aussi celle de ma famille qui a migré aux États-Unis en tant que réfugiés après la seconde guerre mondiale pour commencer une nouvelle vie. L’accessibilité des études supérieures en France ainsi que la présence du laboratoire du CNRS MIGRINTER attaché à la formation ont joué des énormes facteurs aussi.

Alors cette 1ère année ? T’en penses quoi ?

Ayant fait toute ma scolarité précédente aux USA, faire des études à l’étranger demande un esprit ouvert et une capacité d’adaptation ; cependant, notre promotion est très internationale et solidaire, ce qui m’a beaucoup facilité la transition ! Le master offre des perspectives variées autour des théories migratoires, principalement pour ceux qui veulent s’orienter vers la recherche. J’ai eu deux moments particuliers cette année qui m’ont beaucoup marqué : le premier, une visite des archives départementales de Poitiers pour un cours sur les sources des migrations ; le deuxième l’atelier immersif « Cosmophonie » à l’espace Mendez France qui nous a invité de penser aux spectacles et expressions artistiques pour sensibiliser la société et mieux s’entendre.

Tu as décidé de travailler sur quelle thématique pour ton projet d’études et professionnel ?

Pour mon sujet de mémoire, j’ai décidé de travailler sur la thématique des pratiques habitantes dans les bidonvilles. Suite à mon expérience de stage dans le bidonville de Kibera au Kenya, j’ai vite appris que nous avons beaucoup de représentations de la pauvreté qui ne correspondent pas toujours à la réalité. J’ai découvert le bidonville comme un chez-soi et une inspiration de la créativité humaine et je me suis rendu compte de l’importance de trouver des solutions innovantes aux défis de logement qui prennent en compte les résidents comme des acteurs propres.

Un fait migratoire qui t’a beaucoup marqué cette année ?

Cette année j’ai appris que la proportion de migrants (des personnes vivant hors de leurs pays natales) au sein de la population mondiale n’est que 3%. Alors qu’on a une tendance de parler de « la crise des migrations » ces dernières années, en fait, 97% de la population de la planète est sédentaire !

Un dernier mot ? (citations, mot d’encouragement pour le master, un mot pour dénoncer, etc.)

« The paradox of education is this—that as one beings to become conscious one begins to examine the society in which he is being educated. » – James Baldwin
Ce citation m’a toujours rappelé de l’importance de la réflexion critique et la conscience de soi ainsi que notre responsabilité en tant que citoyens du monde d’améliorer nos sociétés.